DISPARITION D’UNE LÉGENDE

Au centre, John Young (1930-2018) commandant de l'équipage d'Apollo 16. Ken Mattingly se trouve à gauche et Charlie Duke à droite

Au centre, John Young (1930-2018) commandant de l'équipage d'Apollo 16. Ken Mattingly se trouve à gauche et Charlie Duke à droite

Celui qui fut l’astronaute le plus complet de la NASA vient de s’éteindre à l’âge de 87 ans. Au cours de sa carrière, il aura en effet pris part à trois programmes de vol habité et aura notamment marché sur la Lune en 1972.

Il est des hommes qui consacrent leur vie à une cause. John Watts Young, né le 25 septembre 1930 à San Francisco, est probablement de ceux là. Alors que la NASA n’a que quelques années d’existence, il est recruté pour intégrer la seconde classe d’astronautes (The New Nine). Il a alors trente-deux ans. La Guerre Froide est alors à son paroxysme et le président Kennedy a lancé un incroyable défi à l’URSS : poser un homme sur la Lune avant la fin de la décennie. John Young va prendre part à l’âge d’or de la NASA. Sa carrière opérationnelle dans l’espace va s’étaler sur vingt ans et trois programmes spatiaux. Avec Gus Grissom, vétéran de la mission Mercury-Redstone 4 (Liberty Bell 7), il valide « Molly Brown », la première capsule Gemini au cours d’un vol de 4h52 mn et trois orbites. Gentiment provocateur, Young embarque un sandwich au corned-beef en contrebande et le déguste alors qu’il se trouve en orbite. Réprimande de sa hiérarchie. Malgré cet incident, il obtient le commandement de la mission Gemini 10 qui s’envole le 18 juillet 1966, et où il fait équipe avec Michael Collins. Un vol au cours duquel il réalise notamment deux rendez-vous successifs avec le véhicule cible Agena. Il acquiert ainsi une importante expérience qui lui sera utile pour sa troisième mission en tant que pilote du module de commande lors d’Apollo 10 lancée le 18 mai 1969. Il s’agit ni plus ni moins que de la répétition destinée à réaliser le premier débarquement humain sur la surface de la Lune.

A l'habillage du scaphandre en compagnie de Robert Crippen avant le premier décollage de la navette Columbia (mission STS-1)

A l'habillage du scaphandre en compagnie de Robert Crippen avant le premier décollage de la navette Columbia (mission STS-1)

Le patron des astronautes

Enfin, par le jeu des rotations de vol, John Young commande l’avant-dernière expédition sur la Lune ; la mission Apollo 16 (son 4ème vol) qui se déroule du 16 au 27 avril 1972. Au cours de cette mission de classe J (durée prolongée sur la Lune, objectifs scientifiques étendus), Young et Charlie Duke séjournent 71 heures dans les Monts Descartes, ils récolteront 96 kilogrammes de roche lunaire et réalisent trois sorties extravéhiculaires (EVA) pour une durée totale de 20 heures et 41 minutes. A bord de leur rover lunaire, les deux hommes parcourront une distance totale de 26,85 km à la surface de la Lune. Par la suite, il est impliqué notamment dans la réalisation de la mission russo-américaine Apollo-Soyouz de 1975. Il doit ensuite patienter presque une décennie avant de reprendre le chemin de l’espace. A partir de 1974, il prend la direction du Bureau des astronautes, succédant ainsi à Deke Slayton et Alan Shepard. Lors du vol inaugural du nouveau vaisseau amiral de la NASA le 12 avril 1981, il est aux commandes en compagnie de Robert Crippen. C’est alors sa cinquième mission. Ce vol est le premier des quatre destinés à valider l'avion spatial.

Salut militaire "en extension" pour John Young, commandant d'Apollo 16 dont c'est ici la 4ème mission

Salut militaire "en extension" pour John Young, commandant d'Apollo 16 dont c'est ici la 4ème mission

42 ans de carrière

Deux ans plus tard, le 28 novembre 1983, il commande la mission STS-9 à bord de la Challenger. Ce vol permet de tester pour la première fois le laboratoire européen Spacelab. John Young aurait même du commander un septième vol, celui de la mise sur orbite du télescope spatial Hubble (HST). Mais la destruction de la navette Challenger, le 28 janvier 1986, repousse de quatre ans la mise à poste du HST. Au final, John Young effectuera six missions sur quatre astronefs différents : les capsules Gemini et Apollo, le LM et la navette spatiale. Il demeurera longtemps l’astronaute le plus titré avant que Jerry Ross et Franklin Chang-Diaz ne le dépassent en nombre de mission (sept chacun). STS-9 marque donc la fin de sa carrière opérationnelle en tant qu’astronaute. Il aura séjourné au total 835 heures dans l’espace, dont 71 à la surface de la Lune, et réalisé six EVA. Si sa carrière en tant qu’astronaute prend fin, celle à la NASA est encore loin d’être terminée puisqu’il occupera encore un poste de direction au Johnson Space Center (JSC). Durant sa carrière, il aura également milité pour la sécurité des équipages avec la mise en place de procédures pour la navette spatiale.C’est finalement en 2004 que John Young prend sa retraite après avoir passé plus de 42 années dans les rangs de la NASA. Après sa retraite, il continue d’assister aux traditionnelles réunions du lundi matin du Bureau des astronautes pendant encore plusieurs années. Neuvième homme à marcher sur la Lune, John Young avait 87 ans.

Antoine Meunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *