PETITE FRAYEUR AU LANCEMENT POUR ARIANE 5

Décollage réussi pour Ariane 5 qui a connu son premier problème en 15 ans

Décollage réussi pour Ariane 5 qui a connu son premier problème en 15 ans

Pour son premier tir de l'année 2018, Arianespace a lancé avec la fusée lourde européenne depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG), les satellitesSES-14 et Al Yah 3 pour les opérateurs SES et Yahsat (Al Yah Satellite Communications Company). Mais une anomalie est survenue pendant l’ascension du lanceur.

Tout avait pourtant bien commencé pour ce vol VA 241 qui a parfaitement décollé à 19h20 heure de Kourou (23h20, heure de Paris). Au sommet de l’Ariane 5 ECA sous la coiffe, étaient installés les satellites de télécommunications SES-14 de l’opérateur luxembourgeois SES et Al Yah 3 de l’opérateur des Emirats Arabes Unis Yahsat (Al Yah Satellite Communications Company). Le premier est le 53ème satellite lancé par Arianespace, depuis Spacenet 1 en mai 1984. Il est construit par Airbus sur la base d’une plateforme E3000 EOR. Parmi ses capacités, Il combine des faisceaux larges et étroits à haut débit. Il contient une charge utile hybride offrant des faisceaux larges en bande C et en bande Ku. SES-14 doit théoriquement remplir deux missions. D’une part, les faisceaux de la bande C doivent permettre d’étendre la couverture câblée sur l’Amérique Latine. D’autre part,  ses faisceaux en bande Ku doivent augmenter la capacité afin de répondre aux besoins du marché dynamique aéronautique et du transport maritime. Par ailleurs, SES-14 transporte la charge utile de la NASA GOLD (Global Scale Observation of the Limb and Disk). Elle est dédiée à l’étude de la thermosphère et de la ionosphère terrestre. Conçu par Orbital ATK sur la base de la nouvelle plateforme GEOStar-3, Al Yah 3 est le deuxième passager de cette mission VA 241. Il est également le second satellite à être lancé par Arianespace après Al Yah 1 en 2011. Avec ses 53 faisceaux en bande Ka, ce satellite géostationnaire (GTO), qui doit opérer par 20° de longitude Ouest, doit permettre d’établir des communications bidirectionnelles avec une transmission à haute vitesse des données pour l’Internet, les réseaux d’entreprise ou les réseaux IP des opérateurs télécoms. Al Yah 3 est le 27ème satellite à être lancé d’Orbital ATK lancé par Arianespace depuis le satellite d’altimétrie Topex-Poséidon en 1992. Avec Al Yah 3, Yahsat annonce pouvoir étendre sa couverture commerciale en bande Ka sur 60 % de l'Afrique et 95 % du Brésil.PUBLICITÉ

SES-14 devrait s'insérer sur orbite géostationnaire mais avec quatre semaines de retard sur le planning prévu

SES-14 devrait s'insérer sur orbite géostationnaire mais avec quatre semaines de retard sur le planning prévu

Déviation de trajectoire

Quelques secondes après l’allumage de l’étage supérieur, soit un peu plus de neuf minutes dans la chronologie du lancement, la station de télémétrie de Natal au Brésil n’a pas acquis les télémesures du lanceur, pas plus que les stations suivantes situées sur la trajectoire suivie par Ariane 5. Il semble toutefois que les deux opérateurs aient par la suite réussi à prendre en main leur satellite respectif. Les premières informations, diffusées par SES, précisaient que SES-14 était « en bonne santé sur la bonne voie ». SES a indiqué également que son vaisseau devrait être à poste sur orbite géostationnaire (GTO), positionné à 47,5 degrés Ouest, avec quatre semaines de retard par rapport au planning initial. L’orbite devrait être atteinte grâce à la propulsion plasmique du satellite. Pour sa part, les officiels de Yahsat ont laissé entendre que Al Yah 3 « faisait son chemin jusqu’à l’orbite géostationnaire », mais sans donner plus de détails. Il est cependant à présent acquis que les deux satellites fonctionnent de manière nominale.

C’est la première fois depuis le tir du 11 novembre 2002 (VA 157), il y a plus de quinze ans, qu’un problème survient sur une fusée Ariane 5. Il est certes encore trop tôt pour savoir ce qui s’est passé mais une déviation de trajectoire est évoquée dans les toutes premières investigations. Reste maintenant à établir la cause de cette déviation. Arianespace a ainsi annoncé la mise en place d’une commission d’enquête en coordination avec l’agence spatiale européenne (ESA). Arianespace fait également savoir que cet événement ne devrait pas avoir d’incidence. « Les campagnes de lancement en cours se poursuivent comme prévu depuis le Centre Spatial Guyanais », fait savoir l’opérateur.

Antoine Meunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *