VV15 : VERS UNE DÉFAILLANCE DE STRUCTURE

Le retour en vol de #Vega est maintenant programmé pour le 1er trimestre 2020.

Le retour en vol de #Vega est maintenant programmé pour le 1er trimestre 2020.

Le 10 juillet dernier lors de son quinzième tir, la fusée Vega a connu son premier échec au lancement entrainant la perte de la charge utile, le satellite de reconnaissance militaire émirati Falcon Eye 1. La Commission d’enquête coprésidée par l’inspecteur général de l’ESA et le directeur technique d’Arianespace a rendu ses conclusions mercredi 4 septembre.

Selon les informations publiées par l’#ESA et l’industrie, la cause probable de l’incident survenu en juillet serait due à « une défaillance thermo-structurale dans le dôme avant du moteur #Zefiro23 comme étant la cause la plus probable de l’anomalie ». Le moteur Z23 est celui qui équipe le second étage de #Vega. Il est normalement déclenché au bout de 107 secondes de vol et doit fonctionner entre 44 et 150 km d’altitude pendant 80 secondes. L’anomalie est intervenue à 130s et 850 ms de vol soit 14 s et 25 ms après l'allumage du Zefiro 23. Cette même anomalie a entrainé la rupture du lanceur en deux parties : le moteur Z23 et le reste du lanceur. C’est-à-dire la coiffe, le satellite, l’adaptateur de vol, l’étage AVUM et le troisième étage Zefiro 9. Ce dernier ensemble a commencé à dévier après 135 s de vol. Selon la procédure de sécurité en vigueur au Centre spatial guyanais (CSG), l’ordre de neutralisation a été donné à 213s et 660ms. Les ultimes données télémétriques ont été reçues au bout de 314 s et 25ms.

Vega C: une évolution qui doit permettre de lancer 2,2 t en orbite polaire contre 1,5 à Vega.

Vega C: une évolution qui doit permettre de lancer 2,2 t en orbite polaire contre 1,5 à Vega.

Retour en vol en 2020

Selon l’examen des données recueillies par la commission d'enquête, la défaillance thermo-structurale serait due aux trop fortes contraintes exercées à l’intérieur de l’enveloppe du moteur par la combustion du propergol solide. Le second étage en embarque 24 tonnes. Sur #VegaC, de même que sur #VegaE, le second étage, qui doit être propulsé par un moteur #Zefiro40, doit embarquer 36 tonnes de carburant. D’autres pistes d’investigation ont été explorées comme le déclenchement intempestif de la chaine de neutralisation ou encore un acte de malveillance. La première hypothèse a été jugée improbable et aucune indication n’a été trouvée quant à la deuxième. Deux tirs du lanceur étaient encore prévus cette année dont celui du deuxième Falcon Eye. Toutefois, le retour en vol de la petite fusée n'est maintenant pas prévu avant le premier trimestre 2020, un ensemble de vérifications devant être mis en place. Il s’agira avant tout de procéder à des analyses complémentaires et de réaliser un ensemble d’actions correctives portant sur l’ensemble des sous-systèmes, des processus et des équipements impactés par cet échec. 2020 est une année importante pour la fusée transalpine puisque Vega C doit normalement réaliser son vol inaugural.

Antoine Meunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *