Satellites géostationnaires : à l'ère du reconfigurable

Space Inspire annonce des satellites plus compactes (image :TAS). 

A l’image de Boeing qui a présenté un produit équivalent juste avant l’ouverture de la World Satellite Business Week d’Euroconsult qui s'est achevée vendredi 13 septembre, Thales Alenia Space a dévoilé au cours de l'événement organisé par Euroconsult sa nouvelle plateforme reconfigurable. Les premiers exemplaires devraient être disponibles à partir de 2023.

Les prochaines années devraient voir l’apparition de satellites géostationnaires (GEO) d’un nouveau genre, car ce marché bien spécifique connait une mutation qui oblige aujourd’hui les constructeurs à s’adapter aux besoins de leurs clients. En 2015, si 22  "GEO" ont été vendus, il n’y en a eu que 5 en 2018. Sept commandes ont été passés en 2018 et 11 en 2019. Si les gros satellites géostationnaires restent nécessaires, « il y a cependant un besoin de flexibilité avec des produits moins cher », confie un expert du secteur. Désormais, le temps des satellites d'un nouveau genre est venu dans le monde des télécommunications spatiales. 2019 voit donc l’arrivée d'unités plus compactes et adaptables rapidement. En mai, Airbus a ainsi présenté le Onesat dont trois exemplaires doivent être lancés pour Inmarsat à partir de 2023. Juste avant l’ouverture de la Business Week, c’est Boeing qui a dévoilé le 702 X dont la version géostationnaire pourra être disponible dès 2022.

Pour vous permettre de poursuivre votre lecture nous vous proposons désormais de vous abonner à notre site internet !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.