A KOUROU, LE COVID-19 ENTRAINE LE REPORT DES PROCHAINS LANCEMENTS

Les installations du port spatial européen de Kourou, dont le chantier de l'ELA-4, sont désormais à l'arrêt (Crédit photo : CNES/ESA).

Les installations du port spatial européen de Kourou, dont le chantier de l'ELA-4, sont désormais à l'arrêt (Crédit photo : CNES/ESA).

Face à l’épidémie qui touche désormais la presque totalité de la planète, l’activité spatiale européenne se trouve elle aussi affectée. Au Centre spatial guyanais (CSG), les campagnes de lancement sont désormais à l’arrêt.

C’est un communiqué lapidaire qui a été adressé hier à l’Union des employeurs de la base spatiale (UEBS) par Marie-Anne Clair, la présidente du CSG. Ce communiqué indique que le CNES a pris une mesure qui entraine la suspension momentanée des activités sur la base spatiale européenne. Une mesure importante, rappelons-le, qui est destinée à empêcher la prolifération du coronavirus en mettant en place la distanciation sociale entre les personnes. Concrètement, qu’est-ce qui est préconisé ? En premier lieu, la mise en place du télétravail comme dans les entreprises des autres secteurs de l’industrie. En second lieu, les chantiers de l’ELA-4 – les installations prévues pour le lancement d’Ariane 6 – et Amazonie1 sont à présent à l’arrêt. Seuls sont concernées «…en présentiel les activités de mise en sécurité des lanceurs, des satellites et des infrastructures de la base ainsi que leur surveillance au titre des installations classées pour la protection de l’environnement ». Certaines manipulations exigent en effet de disposer d’une présence humaine. La base spatiale de Kourou connait donc une situation qui n’a pas de précédent et qui va donc entrainer le reports des tirs planifiés. De son côté, Arianespace a d'ailleurs confirmé par communiqué la suspension jusqu’à nouvel ordre des campagnes de lancement en cours. Le prochain tir initialement prévu, qui devait avoir lieu ce mois-ci est le lancement de la mission VV16 qui visait au retour en vol du petit lanceur Vega. Si les lancements sont pour le moment suspendus, l'agence spatiale française a également mis en place un plan de continuité d'activités (PCA) qui vise notamment le maintien à poste des satellites sous la responsabilité du l'agence spatiale française, les activités de surveillance de l’espace, le contrôle et le maintien en vol des aérostats, opérations des services de secours et sauvegarde par satellite (Cospas-Sarsat et Galileo).

​​​​Antoine Meunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *