REPRISE DES LANCEMENTS DÈS LA MI-JUIN À KOUROU

Le lancement prévu pour la reprise sera la mission VV16 du lanceur Vega. En photo, le lancement VV12 du satellite Aeolus le 22 juillet 2018 (Photo : ESA).

Le lancement prévu pour la reprise sera la mission VV16 du lanceur Vega. En photo, le lancement VV12 du satellite Aeolus le 22 juillet 2018 (Photo : ESA).

Arianespace a officialisé la nouvelle mercredi, l’activité va enfin pouvoir reprendre au centre spatial guyanais (CSG) mis à l’arrêt depuis maintenant le 15 mars dernier pour cause de pandémie de Covid-19. Lors d’une téléconférence organisée par l’AJPAE, Jean-Yves Le Gall, président du CNES, a notamment détaillé les mesures importantes liées à cette reprise d’activité.

La durée totale des activités de lancements du port spatial de Kourou sera donc de trois mois. Trois mois au cours desquels aucun tir n’a pu être réalisé du fait des mesures de confinement pour lutter contre le Coronavirus dont notamment la distanciation physique qui est imposée pour en limiter la transmission. Mais qui dit mise à l’arrêt ne signifie pas pour autant fermeture complète des infrastructures. Depuis le début du confinement, l’agence spatiale française a mis en place plusieurs mesures. A commencer notamment par un don 100 000 masques destinés aux centres hospitaliers de Toulouse. Depuis le début du déconfinement, sur les 2400 personnes qui travaillent dans les différentes installations du CNES, « 2200 ont été placées en télétravail » a précisé Jean-Yves Le Gall. Deux cents personnels sont ainsi restées présentes sur les points névralgiques que sont Toulouse et Kourou. Ainsi, quatre-vingt personnes ont assuré une présence sur le centre spatial toulousain (CST) de l’agence spatiale française pour permettre la poursuite de l’exploitation des satellites actuellement en orbite. Si à Kourou le centre spatial a été mis à l’arrêt, une présence était néanmoins requise pour mettre les infrastructures de la base, les lanceurs et les charges utiles en sécurité. Cent-vingt personnes restent donc présentes sur le site dont l'activité devrait monter en puissance avec la reprise des lancements d'ici six semaines. 

Les travaux du chantier de l'ELA-4 dédié à Ariane 6 ont repris depuis le 21 avril (Photo : CNES).

Les travaux du chantier de l'ELA-4 dédié à Ariane 6 ont repris depuis le 21 avril (Photo : CNES).

2 campagnes Soyouz pendant l’été

Initialement, le prochain tir figurant au manifeste était celui la mission VV16 qui devait voir le retour en vol du lanceur Vega, cloué au sol depuis l’accident de la mission VV15 le 11 juillet 2019. VV16 doit avoir lieu maintenant à partir de la mi-juin. Le lancement suivant, VA 253, avec Ariane 5 ECA, pourrait maintenant intervenir fin juillet. Les deux clients de cette mission les opérateurs IntelSat et B-Sat. Doucement mais surement, la base de Kourou reprend donc son activité. Mais se pose également la question d’un possible décalage des lancements restants planifiés cette année à Kourou. Jean-Yves Le Gall reste optimiste sur la question. Il rappelle qu’il y a quelques années un retard s’était déjà produit sur le déroulé des tirs. Il y a effectivement un précédent, suite au mouvement social qui, en 2017, avait paralysé l’activité lancements de Kourou pendant cinq semaines. « Je reste confiant même si cela sera sans doute un petit peu plus compliqué à cause des mesures barrières qui nous sont imposées à tous », concède toutefois le président du CNES. Pour 2020, Arianespace prévoyait de réaliser 14 lancements (plus quatre tirs Soyouz délocalisés à Baïkonour). A ce jour, seul deux tirs d’Ariane 5 ECA : VA 251 le 16 janvier et VA 252 le 18 février ont pu être réalisés. Deux tirs de Soyouz opérés par Arianespace (via Starsem) ont été réalisés depuis Baïkonour, les missions ST 27 le 7 février et ST 28 le 21 mars, toutes les deux dévolues à la constellation Oneweb. En Guyane, les campagnes Soyouz VS 24 et VS 25 devraient donc (re)démarrer au cours de l’été.

Sur les 14 tirs envisagés en début d'année, il faut bien sur inclure la mission inaugurale d’Ariane 6. Les travaux sur le chantier du site de lancements ELA-4 ont repris depuis le 21 avril. Le CNES évoque un délai de deux mois et demi. Dans l’immédiat, l’impact de l’arrêt des travaux sur la date du lancement inaugural d’Ariane 6 reste encore à évaluer.

Antoine Meunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *