Trois concurrents pour l'alunisseur habité du programme Artemis

La maquette de l'alunisseur Blue Moon exposée pendant l'IAC 2019 à Washington (Photo : LCS-A.Meunier).

La NASA a dévoilé vendredi les trois finalistes qui construiront le système qui doit permettre de déposer un équipage de deux astronautes au Pôle Sud de la Lune en 2024 dans le cadre du programme Artemis. Une première étape est certes franchie mais le calendrier reste très serré.

Pour déterminer l’acteur qui construira le nouveau module lunaire habité, la NASA a choisi d’attribuer une enveloppe dont la valeur totale est de 967 millions de dollars. Parmi les trois lauréats dévoilés vendredi, Blue Origin, qui a reçu 579 millions, avait déjà donné un aperçu de son futur module lunaire habité lors de l’IAC 2019 qui s’est tenu à Washington au mois d’octobre dernier. Pour la société fondée par Jeff Bezos, il s’agit d’un partenariat tripartite puisque Blue Origin développe l’élément qui doit permettre d’assurer l’alunissage. Celui-ci est basé sur l’alunisseur Blue Moon, en développement depuis plusieurs années, et le moteur BE-7 (lox-hydrogène). Lockheed Martin, qui assure déjà la maitrise d’œuvre du vaisseau Orion, doit développer quant à elle l’élément réutilisable de retour vers l’orbite ainsi que les opérations de vol piloté et l’entrainement des équipages qui auront peut-être la chance de marcher dans les traces de leurs glorieux ainés de l’époque Apollo. Enfin, Northrop Grumman met au point l’élément de transfert qui assure la mise sur orbite basse autour de la Lune. La société possède déjà une expertise des véhicules lunaires, puisque dans les années 60 c’est elle qui avait mis au point le module lunaire (LM) du programme Apollo.

Pour vous permettre de poursuivre votre lecture nous vous proposons désormais de vous abonner à notre site internet !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.