THOMAS PESQUET, 1ER EUROPÉEN SUR LE CREW DRAGON

L’ESA vient de le confirmer, l’astronaute français s’envolera l’année prochaine pour la Station spatiale internationale (ISS) dans le cadre de la mission Alpha, son second vol spatial. Après le Soyouz en 2016, il ralliera le complexe orbital sur le vaisseau Crew Dragon de Space X.

S’il a attendu sept ans entre sa sélection de 2009 et son premier départ vers l’ISS, Thomas Pesquet attendra cette fois-ci moins de cinq ans entre la mission Proxima et son deuxième vol dans l’espace, la mission Alpha. Ce nom a été sélectionné parmi 27 000 propositions à la suite d’un concours lancé par l’ESA en avril. Enoncé à 47 reprises dans les propositions reçues par l’agence, il a été trouvé en premier par Christelle de Larrard de Mios en Gironde. Ce nom fait bien sur écho à la première mission de Thomas Pesquet baptisée Proxima, et surtout aux 2 étoiles les plus proches de la nôtre : Proxima et Alpha du Centaure. Ce nom est aussi le premier patronyme utilisé pour dénommer l’ISS. Comme Proxima, la mission Alpha devrait durer six mois avec un panel d'expériences scientifiques dans différents domaines. Thomas Pesquet succèdera-t-il à Frank de Winne, Luca Parmitano et Alexander Gerst avant lui comme possible 4ème commandant européen de l’ISS ? Pour le moment, aucune information ne confirme cette possibilité. Mais la nouveauté importante, déjà évoquée et à présent confirmée par le principal intéressé sur Twitter, c’est que le voyage jusqu’à l’ISS se fera à bord du Crew Dragon de Space X dans le cadre du vol USCV-2 (Crew-2). Celui-ci est désormais planifié à partir du printemps prochain par la NASA. 

Alpha, le nom de la seconde mission spatiale de Thomas Pesquet a été choisi parmi 27 000 propositions

2 européens sur l'ISS en 2021

Trois autres membres d’équipage prendront place à bord en compagnie du français. La NASA a ainsi annoncé que les américains Megan Mc-Arthur (STS-125) et Shane Kimbrough (STS-126, Exp 49/50) et le japonais Akihiko Hoshide (STS-124, Exp 32/33) seront aussi de ce voyage. Ce vol sera en principe le troisième avec équipage de la capsule conçue par Space X. Le premier est la mission de qualification DM-2 qui doit s’achever le dimanche 2 août, avec le retour sur Terre des astronautes Doug Hurley et Bob Behnken. Une mission qui doit permettre de pleinement qualifier le Dragon 2. Le prochain vol de la capsule (USCV-1 ou Crew-1) reste pour le moment planifié pour la mi-septembre et doit être la première mission opérationnelle du Dragon 2. La mission Crew-2 sera donc le deuxième vol opérationnel du Dragon. Actuellement à l’entrainement, Thomas Pesquet a comme doublure l’Allemand Thomas Maurer, dernier astronaute recruté par l’Agence spatiale européenne en 2015. Selon nos informations, l’ESA souhaiterait même pouvoir faire voler ce dernier 30 jours avant le retour sur Terre de Thomas. Bien que les détails de la première mission de Mathias Maurer restent encore à déterminer, il pourrait donc y avoir deux astronautes européens sur le complexe orbital en 2021. Pour obtenir une double présence européenne sur l’ISS, il faut remonter à 2008 et la mission STS-122 de la navette spatiale Atlantis. A cette époque, les astronautes français Léopold Eyharts et allemand Hans Schlegel supervisèrent l’activation du laboratoire orbital Colombus (COF) de la station. Avec cette deuxième mission pour Thomas Pesquet, le 19ème vol habité français, ce sera la première fois depuis 10 ans qu’un astronaute européen s’envole pour l’espace depuis le sol américain. Le dernier en date est l’italien Roberto Vittori qui, du 16 mai au 1 er juin 2011, prit part à la mission STS-134, l’ultime envol de la navette spatiale Endeavour avant sa mise à la retraite.

Antoine Meunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *