MISSION RÉUSSIE POUR LE PREMIER DRAGON HABITÉ

La NASA et Space X ont recueilli hier soir à 20h48 au large de Pensacola (Floride) dans le Golfe du Mexique, le Crew Dragon de la mission de démonstration DM-2 qui a ramené sur Terre les astronautes Doug Hurley et Bob Behnken. Une mission terminée qui permet de qualifier le premier vaisseau privé. Cela faisait neuf ans qu’un vaisseau habité américain ne s’était pas posé sur le territoire américain (STS-135 et Endeavour, le dernier atterrissage de la navette) et cela faisait 45 ans qu’une capsule avec des astronautes n’avait pas été récupérée dans les eaux territoriales des Etats-Unis. La dernière en date reste en effet celle de Tom Stafford, Deke Slayton et Vance Brand, les hommes de la dernière mission mission Apollo qui effectua le rendez-vous orbital avec la capsule Soyouz-19 des cosmonautes Alexeï Leonov et Valeri Koubasov en juillet 1975. Cet amerrissage est aussi le premier d’un vaisseau habité dans le Golfe du Mexique. Ceux des programmes Mercury, Gemini et Apollo, se sont tous déroulés soit dans le Pacifique ou alors dans l’Atlantique. Ce retour réussi pour le Dragon DM-2 a en fait commencé dans la nuit de samedi à dimanche avec le désamarrage d’avec la Station spatiale internationale (ISS). Une phase délicate qui est intervenue à 23h35 UTC samedi soir. Doug Hurley et Bob Behnken ont ensuite manœuvré leur capsule Endeavour (en hommage à la navette du même nom) en effectuant 4 « burns » pour l’éloigner de l’ISS et la placer sur la trajectoire de retour. Dans leurs bagages, les 2 hommes rapportent 150 kg de fret dont les 2 tiers (90 kg) sont consacrés à des travaux scientifiques. Ils sont conservés dans des compartiments frigorifiques.

Le Dragon a été hissé à bord du bateau de récupération GoNavigator de la flotte de Space X (Photo : NASA)

64 jours de mission

Mais la partie la plus délicate de ce premier retour atmosphérique habité de Dragon a commencé à 19h51 heure de Paris avec le largage du « Trunk », en fait le module propulsif du Dragon. Cette opération a été suivie, cinq minutes plus tard, par le « deorbit burn ». Il s’agit de la manœuvre qui consiste à ralentir le vaisseau pour le faire pénétrer dans l’atmosphère terrestre qui vole encore à environ 28 000 km/h. Durant 11 mn et 23 s très précisément, les 4 moteurs Draco de 400 N de puissance chacun, ont fonctionné pour diminuer la vitesse de 160 mph (environ 260 km/h). Une valeur suffisante pour que l’Endeavour ralentisse afin d'aborder l’atmosphère au-dessus du Golfe du Mexique. La phase la plus critique a commencé à 20h36 avec la rentrée proprement dite. C’est en effet à partir de cet instant que le vaisseau a commencé à être soumis aux températures les plus hautes (jusqu’à 1700 °C). Fort heureusement, le bouclier thermique a assuré aux 2 astronautes un confortable 29°C dans l’habitacle du Dragon. Durant leur descente, Doug Hurley et Bob Behnken ont connu un black-out radio de 2 mn. Huit minutes plus tard à 20h44, les parachutes extracteurs se sont déployés, rapidement suivis par les 4 parachutes principaux qui ont ralenti la descente à 24km/h. Le vaisseau a pris contact avec l’eau, comme prévu, à très exactement 20h48. La mission Demo-2 du Crew Dragon a pris fin après exactement 63 jours 23h 25 mn et 21 s. Le vaisseau a ensuite été récupéré puis hissé à bord du bateau GoNavigator de la flotte Space X. Les équipes techniques ont ensuite sécurisé la capsule. Il a fallu effectuer une purge de protoxyde d’azote, potentiellement toxique. Les 2 astronautes ont été extraits de leur vaisseau un peu après 22 h : Bob Behnken en premier (22h06) puis Doug Hurley 4 mn plus tard. 

Bob Behnken et Doug Hurley, quelques instants avant d'évacuer leur vaisseau (Photo : NASA-Bill Ingalls).

2 autres missions planifiées

C’est donc une réussite complète pour ce vol de qualification piloté du Crew Dragon qui ouvre maintenant la voie aux vols opérationnels. La prochaine mission du vaisseau de Space X n’aura lieu pas avant le 8 septembre. Cette rotation (Crew-1) embarquera 4 cosmonautes pour rallier la Station spatiale internationale destinés à l’Expedition 64. Ce vol sera commandé par l’américain Michael Hopkins (2ème vol). Il sera accompagné par ses 2 compatriotes Shannon Walker (2ème vol) et Victor Glover (rookie) ainsi que l’astronaute japonais Soichi Noguchi (3ème vol). La rotation suivante (Crew-2) doit intervenir au printemps 2021. Il s’agit bien sur de celle qui permettra au français Thomas Pesquet de retourner dans l’espace. L'équipage de ce vol doit en principe utiliser l'Endeavour pour rejoindre l'ISS. Le Dragon est en effet un vaisseau réutilisable. La participation de l'astronaute français à cette mission a été officialisée la semaine dernière. Il prendra part à l’Expedition 65. La mise en service opérationnelle du Crew Dragon, et prochainement du Starliner, dont il est prévu un nouveau test à vide avant le premier vol piloté de qualification, est très importante. Configurés tous les deux pour embarquer quatre passagers, ces 2 vaisseaux autoriseront bientôt une occupation de 7 personnes dans le complexe orbital international, qui est pour le moment encore limitée à 6 passagers. Une nouvelle ère commence dans la présence humaine en orbite basse.

Antoine Meunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *