Starliner, pas d’astronautes à bord avant juin 2021

Le CST-100 Starliner ne devrait réaliser son vol d'essai piloté qu'en juin 2021 (Photo: Boeing).

Alors que le premier vol opérationnel du Crew Dragon doit avoir lieu à partir du 23 octobre, la capsule de Boeing doit encore refaire un vol d’essai automatique. Une mission qui aura lieu au plus tôt en décembre.

C’était le 20 décembre dernier. Un lanceur Atlas V décollait depuis le centre spatial Kennedy (KSC) avec au sommet le premier exemplaire du véhicule CST-100 Starliner baptisé Calypso. Objectif assigné pour cette mission BOE-OFT-1 : s’amarrer à l’ISS après un voyage d’une journée autour de la Terre. Au mois de mars précédent, c’était Space X et son Crew Dragon qui réussissait cet examen de passage (SpaceX Demo-1). Un examen important qui, juste avant l’été, a ouvert la voie au retour en vol des astronautes depuis le sol des Etats-Unis lors de la mission de qualification pilotée Demo-2 du Crew Dragon lancée le 30 mai dernier avec les astronautes Doug Hurley et Robert Behnken. Du côté de chez Boeing, le test OFT-1 n’ayant pas tenu ses promesses, le Starliner fut prématurément rapatrié sur Terre après seulement deux jours de mission (sur les huit initialement prévus). La capsule revint se poser sur Terre au Nouveau-Mexique dans le périmètre du polygone d’essais de la base de White Sands. Il a été déterminé que la mission a échoué à la suite (entre autres) d’une erreur temporelle du logiciel de bord. Celui-ci a prématurément déclenché les propulseurs d’attitude de la Calypso. Cela a entrainé une consommation d’ergols plus importante que prévu et qui n'a pas permis au vaisseau d’effectuer son rendez-vous avec la Station spatiale internationale (ISS).

De gauche à droite : Nicole Mann, Mike Fincke et Chris Ferguson, l'équipage qui doit qualifier en vol piloté le vaisseau CST-100 Starliner (Photo : Boeing).

Phase opérationnelle pas avant fin 2021

Au cours de ces derniers mois, l’enquête menée par l’équipe conjointe Boeing-NASA a tout de même recommandé la mise en place de 80 modifications sur le vaisseau. En ce début septembre, la NASA annonce que les trois quarts de ces mesures ont été menées à bien. Avant de pouvoir véhiculer à son tour des astronautes, le Starliner doit cependant refaire un essai à vide (BOE-OFT-2). Celui-ci a glissé de novembre à décembre « au plus tôt ». Comme pour le Crew Dragon, la réussite de ce test conditionne le passage au vol de qualification piloté (Boe-CFT). Cette mission doit être commandé par Chris Ferguson, vétéran de trois missions de navette (STS-115, STS-126 et STS-135). Il doit être accompagné par Mike Fincke (Exp 9, Exp 18, STS-134). Ce vol de qualification devrait intervenir en juin 2021 et la phase opérationnelle de Starliner à partir du mois de décembre 2021. La première mission opérationnelle, Starliner-1, est placée sous la direction de Sunita Williams (Exp 14, Exp 32) qui doit être accompagnée par Josh Cassada (1er vol) et Jeanette Epps (1er vol) dont la nomination pour ce vol a été annoncée le 25 août par la NASA. Ce sera pour ces deux derniers le baptême de l’espace. La phase opérationnelle du Crew Dragon en sera, selon toute vraisemblance, à son quatrième vol avec équipage si l’on inclue la mission Demo-2. Le premier, Crew-1, est attendu à partir du 23 octobre. Le second, prévu au Printemps (Crew-2), doit permettre au français Thomas Pesquet de rejoindre l’ISS dans le cadre de la mission Alpha, son deuxième vol sur l’ISS. La mission suivante pourrait permettre à Mathias Maurer, dernier astronaute de l’ESA recruté à ce jour, d’effectuer son premier vol quelques semaines avant la fin de la mission Alpha de Thomas Pesquet qui est projetée au début du Printemps prochain. Un point qui reste encore à déterminer à ce jour.

Antoine Meunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *