Nouveau glissement de calendrier pour Starliner

La mission OFT-2 n’aura désormais pas lieu avant la rentrée (Photo : Boeing).

La nouvelle a été éclipsée par l’annonce de la NASA de choisir Space X comme prestataire pour son alunisseur habité. Boeing doit une nouvelle fois décaler la mission automatique OFT-2. Celle-ci n’aura pas lieu avant aout ou septembre, en partie à cause d’un manque de disponibilités des ports d’amarrage de l’ISS.

Les retards n’en finissent décidément plus de s’accumuler pour la capsule Starliner, obligée de refaire un nouvel essai à vide après le semi-échec du 20 décembre 2019 (OFT-1). Le calendrier de la seconde capsule commerciale destinée à transporter les équipages jusqu’à la Station spatiale internationale (ISS) n’arrête en effet plus de glisser alors que la capsule Crew Dragon, qui doit être lancée dans 2 jours (Crew-2 avec notamment Thomas Pesquet), comptabilisera jeudi soir sa troisième mission habitée. Initialement envisagé cette année dès le 4 janvier, Boeing a annoncé le 9 décembre dernier, devoir déplacer le vol OFT-2 au 29 mars. Cependant, une bonne nouvelle tombe le 18 janvier puisque par une annonce conjointe, le constructeur et la NASA déclarent que le logiciel de bord de Starliner est de nouveau certifié. Ce qui n’empêche néanmoins pas de nouveaux glissements de calendrier à la fin du mois d’avril puis début mai. Fin mars, il a même fallu remplacer des unités avioniques du vaisseau qui ont été endommagées à la suite de surtensions électriques durant des essais au sol. Malheureusement, et bien qu’annonçant à présent être prêt pour le mois de mai, Boeing se voit une nouvelle fois obligé de planifier cette seconde tentative à partir d’août ou de septembre, la date exacte du lancement reste encore à déterminer, compte tenu du manque de disponibilité des ports d’amarrage universels de la Station spatiale internationale (ISS).

Réussir l’amarrage : la condition impérative pour que Starliner puisse elle aussi emmener des équipages (Image : NASA).

Evaluation des options

Cela est notamment dû au lancement du Crew Dragon de la mission Crew-2 qui doit s’amarrer vendredi à l’ISS. Il faut également inclure la mission de ravitaillement CRS-22 de Space X qui doit notamment apporter des panneaux solaires de remplacement pour l’ISS au début du mois de juin. Le retard est également occasionné par le calendrier des lancements dont celui du Soyouz MS-18 début avril ainsi qu’au tir d’un Atlas 5 en mai pour une mission militaire rapporte Spacenews. Dans son communiqué du 17 avril, Boeing indique toutefois « évaluer les options si une opportunité de lancement plus précoce se présentait ». Les équipes techniques ont conduit toutes les opérations nécessaires à l’exception des activités qui doivent être réalisées au plus près du lancement comme « le chargement du cargo et le ravitaillement du vaisseau en carburant ». A présent, l’équipe Starliner de Boeing travaille à la préparation de la mission Crew Flight Test (Boe-CFT). En vue de la réalisation de leur propre mission, les astronautes ont récemment réalisé un test en conditions réelles de la mission OFT-2. Cependant, compte tenu de ce nouveau retard du vol OFT-2, le test habité CFT avec l’équipage, pour le moment composé de Barry Wilmore, Nicole Mann et Michael Fincke, initialement prévu à la rentrée pourrait être lui aussi décalé fin 2021 voire début 2022.

Antoine Meunier

©                                 La Chronique Spatiale (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.