De nouveaux enjeux en 2022

Pour Philippe Baptiste, "il faut rattraper le retard pris sur la réutilisation". Ici, Callisto qui doit "prochainement" être testé (Image : CNES).

Au cours de ses vœux en ligne mardi 11 janvier, Philippe Baptiste, le président du CNES a détaillé les orientations que prendra en 2022 le spatial français mais également européen. Une année qui doit notamment être marquée, en février, par le sommet sur l’espace à Toulouse et la prochaine conférence ministérielle à la fin de cette année.

2021 s’est achevé en fanfare avec le lancement réussi par Ariane 5 ECA du télescope JWST qui voyage actuellement vers le point de Lagrange L2. A ce jour, l’arrivée à destination du télescope est prévue au 29 janvier prochain. Mais pour le spatial français, et européen, 2022 doit surtout voir l’arrivée de deux nouveaux lanceurs au Centre spatial guyanais (CSG) : Ariane 6 et Vega C. Sur ce volet des moyens d’accès à l’espace, figure la mise en chantier d’un lanceur réutilisable. C'est le cas avec MAIA dont la conception a été confiée à ArianeGroup.

Pour vous permettre de poursuivre votre lecture nous vous proposons désormais de vous abonner à notre site internet !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.