La CALT détaille son « Starship Light »

Image de 2021 du concept chinois de "Starship" (Image : CALT).

Si le transport spatial habité chinois repose, pour le moment, sur le vaisseau Shenzhou, l’Empire du Milieu n’exclue pour l’avenir aucune possibilité. Dans le cadre d’un symposium sur l’exploration spatiale humaine de l’IAF le 17 février, Wang Xiajun, le directeur de l’académie de technologie des lanceurs a présenté les options à l’étude dans ce pays dont celle d’un jumeau du vaisseau de SpaceX.

Dans l’avenir, pour le transport de ses taïkonautes, la Chine n’exclue aucune possibilité. Si le Shenzhou est aujourd’hui la norme, dans un proche avenir, le vaisseau de nouvelle génération (NGV), testé pour la première fois le 9 mai 2020 au cours d’une simulation de retour lunaire, devrait être décliné en deux versions à partir de 2025 : 14 t (LEO) et 21,6 t pour la Lune. Selon la présentation de Wang Xiajun, la version lunaire du NGV sera propulsée par la fusée Longue Marche 5DY dont le premier vol est attendu en 2026 qui sera capable d’envoyer 14 t en orbite LEO et jusqu’à 27 t vers la Lune.

Pour vous permettre de poursuivre votre lecture nous vous proposons désormais de vous abonner à notre site internet !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.