Nouveaux astronautes : le recrutement est lancé

Les postulants ont jusqu'au 28 mai pour déposer leur candidature en ligne sur le site de l'ESA (Visuel : ESA).

Annoncé début février, l’agence spatiale européenne (ESA) vient de lancer le coup d’envoi de sa prochaine sélection d’astronautes. Une nouvelle génération d’explorateurs qui devrait prendre part aux futures missions sur la station lunaire Gateway.

C'est parti ! Depuis mercredi minuit, les futurs candidats peuvent à présent postuler sur le site de l’ESA. Lors de la précédente campagne en 2008/2009, celle qui avait permis le recrutement de Thomas Pesquet, ils avaient été exactement 8413 sur toute l’Europe à tenter leur chance. Pour ce quatrième recrutement, les choses semblent bien démarrer. « Il y avait une impatience de certains à ce que cela arrive », confie ainsi Zineb Elomri des ressources humaines de l’ESA. Au bout d’une journéeil y a un déjà un nombre intéressant de candidatures ce qui est un très bon signe ». Les choses ne font cependant que commencer puisque le processus de sélection doit s’étaler sur deux mois. Rappelons-le, les postulants ont jusqu’au 28 mai pour déposer leur dossier sur le site dédié qui a déjà été vu près de 45 000 fois. Pour mémoire, l’ESA compte retenir au moins 4 titulaires avec un bagage scientifique, technique ou d’ingénierie (niveau bac + 5 et au moins 3 ans d’expérience professionnelle). Une petite nouveauté : l’agence prévoit de constituer un corps de réserve d’une vingtaine de personnes pour des missions courtes avec des besoins ciblés, entre autres. Ce recrutement sera long puisqu’il s’étalera sur dix-huit mois avec de multiples tests. Il tient compte des contraintes de l’épidémie de Covid-19. « Tout est fait pour qu’ils puissent postuler compte tenu de la situation sanitaire en garantissant les tests en présenciel », ajoute Zineb Elomri.

Fin 2022, les futurs sélectionnés rejoindront l'actuel corps d'astronautes de l'ESA qui compte actuellement 7 membres d'active (Photo : ESA).

Une passerelle 

La grande nouveauté pour ce quatrième round, c’est aussi la diversité qui est mise en avant. D’une part, celle du handicap. Il n’est en effet pas exclu qu’un premier « parastronaute » puisse être recruté sous certaines conditions. Il s’agit avant tout d’une étude de faisabilité. « Cela devrait permettre d’apporter un regard différent sur des sujets pour lesquels les valides n’auraient peut-être pas penser que l’on puisse améliorer avec notamment des solutions d’interactions techniques » souligne ainsi Claudie Haigneré. D’autre part, les femmes sont bien évidemment appelées à postuler massivement. Elles n’étaient en effet que 16% à postuler en 2008. L’objectif pour l’autorité spatiale européenne c’est aussi de prouver que tout le monde peut avoir sa chance si les profils requis sont présents. « On ne recherche pas des super-héros et des gens parfaits, rappelle Claudie Haigneré qui a volé à deux reprises (missions Cassiopée en 1996 et Andromède en 2001). On recherche des gens qui sont dans le cadre des critères. Si les critères sont là même si l’on est pas parfait sur l’ensemble des points de santé, il faut y aller. Il faut le tenter… ! ». Le processus est certes long et rigoureux et se déclinera en étapes et pourrait également servir de passerelle vers d’autres carrières. « On aura peut-être découvert d’autres métiers du spatial qui n’étaient peut-être pas connus auparavant. Même s’il est vrai qu’à la fin il y aura seulement quelques heureux élus », ajoute ainsi Claudie Haigneré. Des heureux élus qui auront la chance de voler sur les dernières missions de la Station spatiale internationale (ISS) et qui embarqueront sur les capsules Orion du programme Artemis à destination de la future station lunaire Gateway à partir de 2025 ou 2026. La sélection finale sera dévoilée à partir d’octobre 2022.

Antoine Meunier

©                                 La Chronique Spatiale (2021)

Une réflexion sur “Nouveaux astronautes : le recrutement est lancé

  • 5 avril 2021 à 17h58
    Permalien

    Bon courage à tous ces valeureux candidats! Les héros qui auront la chance de participer aux futures missions spatiales auront à jamais leurs noms gravés dans les annales de l'histoire de la conquête spatiale. Ça fait rêver!

    Répondre

Répondre à Astronome en herbe Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *