Docking réussi pour Starliner

Starliner devrait rester une dizaine de jours amarré à l'ISS (photo: NasaTV ).

Près de deux ans et demie après l’échec de la première tentative, la mission OFT-1, la capsule de Boeing s’est finalement amarrée à la Station spatiale internationale la nuit dernière. Un succès qui a néanmoins été marqué par la défaillance de deux propulseurs d’appoint du vaisseau.

Les équipes de l’agence spatiale américaine et Boeing ont déjà pu pousser un ouf de soulagement lorsque le lanceur Atlas V s’est arraché du pas de tir SLC-41 du centre spatial Kennedy (KSC) jeudi à 18h54, heure de la Floride. Au bout de seize minutes de vol, le vaisseau s’est séparé de l’étage supérieur Centaur et a assuré, avec sa propulsion, son insertion orbitale qui a eu lieu comme prévu à T+31 minutes après le décollage. Pour rejoindre l’ISS, l’orbite visée était de 361 km de périgée par 373 km d’apogée avec une inclinaison à 51,6°. Mais même en vol, Starliner a continué de jouer avec les nerfs de ses concepteurs. Un « petit » désagrément inattendu s’est produit puisque le vaisseau n’a pas réussi à actionner deux de ses propulseurs de manœuvre orbitale OMAC au cours de l’insertion en orbite. Le premier moteur s’est bien mis en marche mais il s’est coupé après une seconde de poussée avant qu’un second ne prenne le relais pendant, cette fois-ci, vingt-cinq secondes avant de s’éteindre à son tour.

Pour vous permettre de poursuivre votre lecture nous vous proposons désormais de vous abonner à notre site internet !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.