Le DreamChaser prend forme

Le DreamChaser "Tenacity" est à l'intégration finale (photo: Twitter Sierra Space).

Ecarté en 2014 au profit des capsules Crew Dragon et Starliner dans le programme d’équipages commerciaux (CCP) de la NASA, le petit avion orbital de Sierra Space est actuellement à l’intégration finale. Il devra effectuer à partir de l’année prochaine au moins sept missions de ravitaillement de la Station spatiale Internationale (ISS).

Rarement un véhicule n’aura autant mérité son nom que le premier exemplaire de Dreamchaser : Tenacity. Imaginé d’abord en version habité au début de la précédente décennie (2013), ce petit avion orbital devait pouvoir transporter jusqu’à sept personnes en orbite basse (LEO). Mais en 2014, cette variante ne fut finalement pas retenue par la NASA dans le cadre du programme CCP destiné à assurer la desserte des astronautes jusqu’à l’ISS. Cependant, Sierra Corporation a pu placer son concept en version cargo. Le DreamChaser automatique doit être utilisé à partir de l’année prochaine pour assurer le ravitaillement du complexe orbital international au travers du contrat CRS-2 (Commercial Resuply Service 2). Il doit prendre place au sommet du lanceur Vulcan de United Launch Alliance (ULA). En comptant le X37 de l'Us Air Force, il devrait y avoir l'année prochaine deux avions spatiaux en service aux Etats-Unis. L’accord passé entre Sierra Space et l’agence spatiale américaine prévoit « un minimum » de sept missions pour acheminer du cargo à l’ISS. L’avantage de cet appareil de 9 m de long (le ¼ de la taille des anciennes navettes), et d’une masse de 20 t, est qu’il peut revenir se poser en douceur sur une piste conventionnelle. Il peut aussi ramener du fret critique au sol en évitant les opérations liées à la récupération en mer d'une capsule. La capacité de transport de DreamChaser est de 5,5 t avec le module Shooting Star, fixé dans l’axe longitudinal de l’appareil. Comme ses confrères Dragon, Cygnus et autre Progress, il peut transporter toutes sortes de fournitures jusqu’à la station.

Pour vous permettre de poursuivre votre lecture nous vous proposons désormais de vous abonner à notre site internet !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.