Starlink 21, nouveau record avec Falcon 9

8ème mission de l'année pour Space X et 9ème décollage avec le booster B1051...(Image : Direct SpaceX)

Si le déploiement de la constellation Starlink se poursuit à un rythme métronomique avec le lancement réussi hier soir de la 22ème mission dédiée à la constellation Internet voulue par Elon Musk, Space X a utilisé pour la neuvième fois un même premier étage de son lanceur vedette.

Le plus ancien booster de Falcon 9 encore en service est l’exemplaire B1049 qui a été utilisé pour la première fois en septembre 2018 (mission Telstar18V/Apstar 5C). Il compte cependant une mission de moins face au B1051 qui affiche à présent une carrière opérationnelle démarrée il y a maintenant plus de 2 ans. Le 2 mars 2019, il permettait la mise sur orbite, puis l’amarrage à l’ISS, de la capsule Crew Dragon C204 au cours de la mission Space X Demo-1. Au cours des 24 mois écoulés, sont venus se rajouter, une mission dédiée à la constellation RCM pour le compte de l'agence spatiale canadienne (juin 2019) et une mission de télécommunications (SXM-7 en décembre dernier). Il faut rajouter 5 vols Starlink effectués entre janvier 2020 et janvier 2021. Starlink 21 est donc le neuvième vol réalisé avec l’étage B1051. Ce qui constitue une première pour la firme de Hawthorne. Cet étage est même reparti pour la seconde fois de l’année dans l’espace puisqu’en janvier dernier, il a permis de lancer la mission Starlink 16. Il s’agissait également du second vol pour la coiffe du lanceur. Celle-ci avait précédemment servi pour le lancement de la mission partagée Transporter-1qui a également été réalisée en janvier. Huitième mission de l’année pour Space X, Starlink 21 a donc décollé hier matin à 6h01 (heure de Floride) depuis le LC-39A du Centre Spatial Kennedy (KSC) sous la poussée des 9 moteurs Merlin 1D. La séparation entre le premier et le deuxième étage est intervenu à T+2 mn 42 s soit 5 secondes après l’arrêt des moteurs principaux (MECO) du premier étage. L'unique moteur Merlin du second étage a été mis à feu à T+2mn et 48 s. La coiffe a été larguée à T+3mn et 21 s. Selon Space X, le premier étage a ensuite été récupéré à T+ 8 mn et 45 s sur la barge Of Course I Still Love You.

...Et 9ème récupération ! Prélude à une prochaine 10ème mission ? (Image : direct Space X).

Vers la 10ème mission… et au-delà ? 

Le déploiement de la charge utile de 60 satellites Starlink a finalement été confirmée à T + 65 mn et 8 s. Depuis le commencement de son déploiement, la constellation Starlink compte 1325 satellites lancés. Ce qui comprend notamment les démonstrateurs Tintin A et B ainsi que les satellites en version V0.9 (non opérationnels). Selon les informations actuellement disponibles, il y en aurait actuellement 1260 en orbite dont possiblement 1241 en fonctionnement. Soixante-cinq ont soit été désorbités ou ont fini par brûler dans l’atmosphère. Un peu moins d’une vingtaine ne fonctionnerait pas. Toutefois, cette mission Starlink 21 est un succès car avec la récupération réussie du booster B1051 elle ouvre à présent la voie à un dixième tir. Cet exemplaire doit préalablement être ramené pour remise en état afin de pouvoir revoler. Annonçant actuellement un prix au lancement de 62 millions de dollars (information constructeur), l’ambition initiale de Space X est aussi de pouvoir réutiliser au moins dix fois chacune de ses fusées. Cet objectif technique est maintenant en passe d’être atteint. Il sera d’ailleurs intéressant de voir combien de temps prendra la remise en état de B1051 pour ce dixième vol. La plus longue a eu lieu entre la mission RCM (12 juin 2019) et la mission Starlink 3 (29 janvier 2020) avec un délai de 231 jours. La plus courte a demandé 38 jours entre les missions SXM-7 (13 décembre 2020) et Starlink 16 (20 janvier 2021). Et d’ailleurs pourquoi s’arrêter à 10 ? On ne voit, en effet, vraiment pas ce qui empêchera la société d’Elon Musk de continuer à réutiliser un même matériel tant que celui dispose d’un potentiel opérationnel.

Antoine Meunier

©                                 La Chronique Spatiale (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.