Thomas Pesquet dirigera l’ISS

Thomas Pesquet commandera l'ISS dans la 2ème partie de la mission Alpha (Photo : capture d'écran direct ESA).

Plus que cinq semaines à patienter pour l’astronaute français qui doit reprendre le chemin de la Station spatiale internationale (ISS) à partir du 22 avril prochain. Une station dont il devrait assurer le commandement au cours de la seconde partie de sa mission.

Le calendrier est maintenant bien fixé pour Thomas Pesquet qui doit décoller depuis la Floride le 22 avril à "6h11 du matin" pour une nouvelle mission de 6 mois sur le complexe orbital. « Nous sommes à présent bien arrêtés sur cette date », a-t-il précisé au cours de la conférence de presse en ligne organisée par l’agence spatiale européenne (ESA). Si en 2016, Proxima lui avait demandé entre 3 et 4 ans de préparation, l’entrainement pour Alpha aura été ici plus rapide. Compte tenu de l’expérience acquise, une seconde mission spatiale nécessite en effet une préparation allégée (ici quand même une année), pour remettre à niveau les connaissances acquises et notamment l’ensemble des procédures de la station. « C’est comme le vélo, cela ne s’oublie pas. Je peux me concentrer sur certaines choses car Je sais précisément de quoi j’ai besoin », ajoute l’astronaute normand. Pour Thomas, ce nouveau séjour de six mois sera marqué, comme le précédent, par un important travail scientifique puisqu’il aura la lourde tâche de travailler sur une centaine d’expériences dont une douzaine qui est réalisée par le CADMOS (CNES). Les domaines de recherche d’Alpha seront plus ou moins similaires à ceux de la mission Proxima : sciences de la vie, sciences des matériaux, physique, ingénierie, etc.. Fin janvier, le CNES d'ailleurs a dévoilé trois des expériences du CADMOS qui seront embarquées : DREAMS, un démonstrateur de bandeau de sommeil ; Renewable Foam, un matériau de transport recyclable et Pilote, une expérience de neurosciences ayant recourt à la réalité virtuelle. Le programme des manipulations doit être prochainement détaillé par le CADMOS. Par ailleurs, quatre sorties dans l’espace (EVA) sont planifiées au cours de la mission. Thomas devrait prendre part au moins à l’une d’entre elles. Il sera notamment question d’installer de nouveaux panneaux solaires déroulants pesant chacun la bagatelle de 350 kg (sur Terre !).

Même s’il ne participera pas au pilotage, Thomas Pesquet est entrainé à manoeuvrer le Crew Dragon (Photo : Space X).

Déjà en 2017

Parmi les nouveautés figurent bien sur le vaisseau. L’astronaute normand s’installera dans cinq semaines à bord du Crew Dragon C206 Endeavour de Space X. Un engin qui a déjà volé. Il s’agit du même véhicule qui a permis aux astronautes Doug Hurley et Bob Behnken de rejoindre l’ISS lors de la mission Demo-2 le 30 mai dernier. Thomas sera accompagné par les astronautes américains Shane Kimbrough et Megan Mac-Arthur ainsi que de leur collègue japonais Akihido Hoshide. Cet équipage forme la rotation Crew-2 à bord de Crew Dragon et fera partie de l’Expedition 64/65 sur la Station spatiale internationale. Shane Kimbrough et Thomas Pesquet se connaissent puisqu’ils ont réalisé ensemble une sortie dans l’espace le 23 mars 2017 au cours de l'expédition 50 commandée par l'astronaute américain. Même s’il est formé au pilotage du vaisseau, l’astronaute préféré des français ne sera pas amené à prendre les commandes. Comme il s’agit d’un véhicule américain, cette fonction revient logiquement à Shane Kimbrough et Megan Mac-Arthur même si le pilote qu’il est n’aurait, semble-t-il, pas été opposé à s’installer aux commandes de la capsule. Thomas prendra place à l’extrême droite dans la capsule et son homologue japonais à l’extrême gauche. Cependant si besoin « cela ne nous empêchera pas d’apporter notre expertise surtout que je serai le seul à bord à avoir été copilote du Soyouz », ajoute-t-il.

Avec Thomas Pesquet, ce sera la 4ème fois qu’un astronaute européen commande l’ISS (Photo : NASA).

Un français aux commandes

Mais l’un des points les plus importants de cette 19ème mission habitée française est que, pour la première fois, l'un de nos représentants aura la charge de commander l’ISS au cours de la seconde partie de la mission. L’information a été confirmée pendant la conférence par Josef Aschbacher, le directeur général de l’ESA. « J’ai cette chance d’être le premier français qui sera aux commandes d’un véhicule spatial, explique Thomas. Ce n’était pas arrivé avant mais c’est grâce à la place de la France dans les vols habités. Mais ce n’est pas une reconnaissance seulement pour moi mais pour tout le monde ». Ce rôle de commandant consiste notamment à faire passer les priorités de l’équipage, exactement comme un commandant de navire même si beaucoup de choses se décide en amont depuis le centre de contrôle. Mais dans l’équipage si une voix compte c’est bien celle du commandant, « notamment en cas d’urgence, c’est lui qui assignera les tâches même si tout le monde sait parfaitement ce qu’il doit faire ». La date de sa prise de fonctions n’est pour le moment pas encore connue mais le français devrait assurer le commandement du complexe orbital international dans la seconde partie de la mission Alpha. Après le belge Frank De Winne en 2009, l’allemand Alexander Gerst en 2018 et l’italien Luca Parmitano en 2019, Thomas Pesquet deviendra donc le quatrième astronaute européen à diriger l’ISS au cours d’une mission spatiale de longue durée.

Antoine Meunier

©                                 La Chronique Spatiale (2021)

Une réflexion sur “Thomas Pesquet dirigera l’ISS

  • 20 mars 2021 à 5h29
    Permalien

    Merci pour cet article, heureuse qu'il soit commandant de l'équipage pour la fin de la mission.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.