Le New Space européen se rassemble avec YESS

(Crédit image : Exotrail/Real Dream).

En marge du Space Forum qui s’achève ce vendredi à Luxembourg, le New Space européen se met en ordre de bataille avec la création de ce syndicat qui annonce l’arrivée d’une trentaine de nouveaux membres d’ici « les prochaines semaines ».

Le noyau de départ de YESS, qui signifie Young European Enterprises Syndicate for Space (syndicat des jeunes entreprises européennes de l’espace), se compose de six sociétés. Il y a les françaises Anywaves (constructeur d’antennes de satellites) et Exotrail, qui construit des moteurs pour les petits satellites, deux firmes qui font toutes les deux parties de la New Space Factory). Elles sont entourées par les espagnoles Pangea Aerospace (fabricant du lanceur MESO) et Satlantis (spécialiste des caméras pour les satellites d’observations). La belge Aerospacelab conçoit des plateformes pour petits satellites (jusqu’à 150 kg) tandis que ConstellR (Allemagne), est spécialisée dans la surveillance des températures climatiques. Avec ce rapprochement, il s’agit de permettre aux jeunes entreprises du secteur spatial européen «…de montrer que nous ne sommes plus des start-up mais bien des compagnies à part entière », explique ainsi Nicolas Capet, patron d'Anywaves et vice-président de ce nouveau syndicat qui profite du Space Forum pour officialiser sa naissance. Pour les acteurs de YESS, c’est aussi un moyen d'affirmer une ambition de démontrer qu’un grand nombre de jeunes protagonistes du spatial, aux quatre coins de l’Europe, ont les ressources et les compétences nécessaires pour jouer la compétition. Il s’agit notamment pour eux de nouer des partenariats, et surtout des relations contractuelles, avec les institutions européennes qui sont des « clients de premier rang en matière de projets et de programmes spatiaux ». Afin de s’affirmer comme une force vive du spatial européen, YESS, association internationale à but non lucratif enregistrée sous la loi belge des associations, prévoit de s’agrandir aux jeunes sociétés européennes de la filière. Pour intégrer ce jeune syndicat, plusieurs critères d’admission sont nécessaires : chaque société doit être âgée au maximum de dix ans et posséder son siège au sein de l’Union européenne. Trente nouvelles entreprises doivent ainsi rejoindre l’entité dans les semaines à venir.

Antoine Meunier

©                                 La Chronique Spatiale (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *