Scénario en 2 lancements pour la « MSR » chinoise

A la différence de Tianwen-1, il n'y aura pas de rover sur Tianwen-3 (photo : CNSA ).

Comme la NASA et l’ESA, l’agence spatiale chinoise (CNSA) doit, elle aussi, se lancer dans un projet de retour d’échantillons martiens. Le concept projeté a fait l’objet d’une présentation par Sun Zezhou, ingénieur en chef de la mission Tianwen-1, à l’occasion des 120 ans de l’Université de Nanjing. Une mission qui pourrait se dérouler plus rapidement que celle mise en œuvre par les Etats-Unis et l’Europe.

En matière de retour d’échantillons planétaires, la Chine dispose d’une première expérience réussie avec la sonde Chang’E-5 qui a permis le retour sur Terre de 1731 grammes de poussières lunaires. Une première accomplie en décembre 2020. Une seconde mission du même type est planifiée sur notre satellite vers 2024 avec Chang’E-6. Dans les années 1970, les Soviétiques avaient procédé aux trois premières collectes automatiques de roches lunaires lors des missions Luna 16 (1970), Luna 20 (1972) et Luna 24 (1976). Après la Lune, il était donc logique que l’Empire du Milieu fasse de même avec la planète rouge.

Pour vous permettre de poursuivre votre lecture nous vous proposons désormais de vous abonner à notre site internet !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.