Skimsat, le satellite au ras du sol

Skimsat, un concept pour la très basse altitude (image: TAS).

Thales Alenia Space (TAS) et Qinetiq ont officialisé le contrat d’étude avec l’Agence spatiale européenne (ESA) pour des petits satellites positionnés sur de la très basse altitude (VLEO). Un premier démonstrateur doit voir le jour d’ici trois ans.

Habituellement, l’altitude utilisée pour la mise sur orbite basse (LEO) d’objets artificiels se situe au-dessus de 300 km d’altitude afin de limiter les effets de la trainée atmosphérique. La Station spatiale internationale (ISS), qui est le plus gros objet artificiel jamais satellisé, circule sur une orbite culminant à un peu plus de 420 km. Avec le concept Skimsat, TAS et Qinetiq vont explorer la possibilité de lancer des charges utiles sur des orbites inférieures à 300 km avec des micro-satellites multi-missions. Le périgée d’une orbite VLEO pourrait se situer à 160 km d’altitude. En opérant à une telle altitude, une plateforme de type Skimsat pourrait fournir des images SAR avec une résolution d’1 m

Pour vous permettre de poursuivre votre lecture nous vous proposons désormais de vous abonner à notre site internet !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.