Thales Alenia Space mise sur la propulsion à eau

(Image : Thales Alenia Space).

La société vient de signer un accord avec la start-up italienne MIPRONS afin de développer un propulseur qui pourrait équiper d’ici quelques années les satellites de petites et moyennes dimensions.

L’eau de consommation courante deviendra-t-elle un jour le carburant des véhicules spatiaux ? Thales Alenia Space (TAS) y croit et se lance dans cette voie de recherche pour le moins audacieuse. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la firme franco-italienne s’intéresse à ce type de propulsion. En 2018, vingt petits satellites (55 kg chacun) de la constellation Blacksky (construits par TAS, Telespazio et Space flight Industries)) avaient été équipés d’un moteur à eau Comet fourni par la société Deep Space Industries (DSI). Une différence cependant : le propulseur mis au point par DSI était de type électrothermique alors que la solution préconisée par MIPRONS intègre un processus d'électrolyse qui doit séparer l'hydrogène de l'oxygène qui sont ensuite admis dans la chambre de combustion. De plus, pour la fabrication, l'impression 3D est privilégiée.

Pour vous permettre de poursuivre votre lecture nous vous proposons désormais de vous abonner à notre site internet !

 

2 réflexions sur “Thales Alenia Space mise sur la propulsion à eau

  • 29 juillet 2022 à 8h54
    Permalien

    Je m'interroge sur la possibilité d'utiliser de l'eau dans un moteur magnéto-plasmique, comme le VASIMR ?

    Répondre
    • 29 juillet 2022 à 15h33
      Permalien

      Bonne question. Le VASIMR requiert de l'Argon ou du Xénon comme propulsif. L'utilisation de l'eau, une piste à explorer pour les futurs ingénieurs.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.