DES PROJETS HYPERSONIQUES POUR STRATOLAUNCH

Le Talon-A serait largué par le Stratolaunch depuis une altitude de 35 000 ft,  soit 11 550 m  (Image : Stratolaunch).

Le Talon-A serait largué par le Stratolaunch depuis une altitude de 35 000 ft, soit 11 550 m (Image : Stratolaunch).

Il y a tout juste un an, le 13 avril 2019, l'avion géant à six réacteurs Stratolaunch effectuait son premier vol d’essai. Si la société du même nom, fondée par feu Paul Allen, a pour le moment suspendu ses projets de lanceurs aéroportés via ce titanesque appareil, elle annonce à présent lancer le développement d’un programme d’avions hypersoniques réutilisables.

Ils sont au nombre de trois. Le premier qui s'appelle Talon-A, si on le compare au SpaceShip 2 de Virgin Galactic, est un petit véhicule aéroporté. Accusant 2,7 t à la pesée, 8,5 m d’envergure et 3,4 m ne sera toutefois pas un engin habité comme son homologue dédié au tourisme spatial. En termes de performances,  il pourrait atteindre entre Mach 5 et Mach 7 durant un vol d'une minute. Des vitesses qui sont similaires à celles qu’atteignaient autrefois son mythique prédécesseur, le X-15 de la société North Americain. Le Talon-A se veut un banc pour tester des charges utiles pour le compte d’institutions ou de clients commerciaux ou les militaires. Cet appareil serait propulsé par un moteur, dont on ignore pour le moment les caractéristiques. Le porte-parole de Stratolaunch a toutefois indiqué, lundi 30 mars, que la société pourrait se procurer le moteur « par l’intermédiaire d’une autre société » mais sans donner plus détails. La firme, qui a été récemment été recapitalisée par un groupe d’investissement privés, annonce vouloir rendre son appareil opérationnel à compter de 2022. Grâce à l’utilisation de son avion à six réacteurs, qui devrait revoler au mois de septembre prochain, elle envisagerait des missions transportant sous les ailes jusqu’à trois Talon-A, à la fois, vers 2023. L’option d’un vol multiple est une solution également envisagée avec le B747 Cosmic Girl de Virgin Orbit, susceptible d’embarquer jusqu’à deux lanceurs Launcher One sous ses ailes. 

3ème véhicule envisagé par Stratolaunch : l'avion Black Ice ici dans sa variante habitée (Crédit image : Stratolaunch).

3ème véhicule envisagé par Stratolaunch : l'avion Black Ice ici dans sa variante habitée (Crédit image : Stratolaunch).

Vers un recentrage d’activité ?

En fait Stratolaunch envisagerait même l’exploitation d’une flotte de véhicules aéroportés et moins le lancement de satellites vers l’orbite basse LEO, selon une information rapportée par le site spacenews.com. Outre le Talon-A, un second appareil serait actuellement à l’étude : le Talon-Z, dont malheureusement aucune information n’est pour le moment disponible si ce n’est qu’il serait plus grand que la version A. Le troisième aéronef, dont l’illustration est également présentée sur le site Internet, s’appelle Black Ice et ressemble à s’y méprendre au X-37 qui est exploité en deux exemplaires par l’US Air Force. Si les deux premiers sont vraisemblablement suborbitaux, le Black Ice pourrait transporter du cargo jusqu’à l’orbite et revenir se poser sur une piste comme un avion conventionnel. Exactement comme le fait le petit avion spatial de l’aviation militaire américaine. Une variante pilotée du Black Ice est également projetée mais la seule illustration disponible, de ce projet révélé en mars 2018, ne dit pas combien de passagers cette possible version pourrait embarquer. Pas d’information non plus quant au profil de mission ou sur un éventuel calendrier de développement. Au final, ce trio de projets est très ambitieux mais ses contours paraissent encore à définir.

Antoine Meunier 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *