THALES ALENIA SPACE CONSTRUIRA DES MODULES ORBITAUX PRIVÉS POUR L'ISS

L'intégration finale des modules sera réalisés dans les installations d'AxiomSpace (Image : AxiomSpace)

L'intégration finale des modules sera réalisés dans les installations d'AxiomSpace (Image : AxiomSpace)

La nouvelle a été dévoilée cette semaine, la firme italienne devra livrer deux modules destinés à constituer la base de la future station spatiale privée exploitée par Axiom Space, la société fondée par Michael Suffredini, l'ancien chef du programme de la Station spatiale internationale au sein de la NASA entre 2005 et 2015.

C’est un donc un joli coup pour Thales Alenia Space dont l’expertise en matière de modules orbitaux pressurisés n’est maintenant plus à démontrer. Sur l’ensemble des modules que comptent l’actuel complexe orbital mondial, dont la Cupola ou le laboratoire Columbus, à peu près la moitié provient des ateliers des usines TAS de Turin. La société travaille également sur les modules I-Hab et ESPRIT de la station lunaire Gateway. La société italienne sera donc responsable de la conception, du développement, de l'assemblage et des tests de la structure primaire ainsi que du système de protection contre les micrométéorites et les débris pour les deux premiers éléments qui seront envoyés vers l’ISS. Il s’agit du nœud de jonction Node 1 (AxN1) et du module d'habitation (AxH).  L’objectif de cette infrastructure est de permettre à des personnes privées, des entreprises, de réaliser des séjours en orbite basse. « Cette mission est une étape importante pour le développement de voyages commerciaux indépendants et pour favoriser la croissance d'une économie solide et compétitive en orbite basse », indique Massimo Comparani, Directeur des activités Observation, Exploration et Navigation au sein de Thales Alenia Space. S'ils seront assemblés en Italie, Axiom les réceptionnera ensuite dans ses installations de Houston pour l'intégration finale.

A l'issue de l'exploitation de l'ISS, le segment d'Axiomspace devrait être détaché de l'ISS (Image : Axiomspace).

A l'issue de l'exploitation de l'ISS, le segment d'Axiomspace devrait être détaché de l'ISS (Image : Axiomspace).

Privatisation de l’orbite basse

Il est prévu de rattacher ce segment supplémentaire à la Station spatiale internationale à partir de 2024, il faut bien sur le temps d’assurer la construction des deux modules. Cependant, une fois l’exploitation de l’ISS arrivée à son terme, ces modules qui forment la « station Axiom » pourront être indépendants. De plus, comme nous l’évoquions en mars, un premier séjour commercial doit être opéré par Axiom Space avec le Crew Dragon. Ce qui est attendu pour la fin 2021. Par la suite, la société envisage des séjours au rythme de deux rotations annuelles. Le prix du billet serait de 55 millions de dollars. Ensuite lorsque l’exploitation de l’ISS sera arrivée à son terme, vraisemblablement vers 2028 la « station Axiom » devrait se détacher du gros complexe orbital qui, lui, doit finir sa vie dans l’océan Pacifique. Cette station doit devenir parfaitement indépendante et pourait théoriquement s’agrandir. Une animation d'AxiomSpace montre ainsi un petit complexe composé de plusieurs modules dont deux habitats, un module logistique, un laboratoire de recherche et un corps central. La station serait surmontée d’un sas pressurisé pour les EVA et pourvu d’un poste d’observation à 360 degrés, plus gros que la cupola de l’ISS, qui offre une vue magistrale sur la Terre. Alors que la NASA se recentre sur l'exploration lointaine, la transition s'amorce pour céder les activités humaines en orbite basse au secteur privé. Des activités qui devraient intégrer le tourisme mais aussi liées à la recherche.

Antoine Meunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *