Un nouveau record pour Falcon 9

100ème tir pour Falcon 9 qui permet de lancer 60 nouveaux satellites Starlink (Photo : Space X)

Retardée de 3 jours à la suite d’une météo dégradée sur la zone de récupération du booster, la mission Starlink 15 s’est élancée cette nuit du LC-40 de Cap Canaveral. Le premier étage B1049 de Falcon 9 a ensuite été récupéré. Un 100ème tir réussi pour Falcon 9 qui ouvre à présent la voie à une huitième réutilisation de ce même exemplaire du lanceur.

Elon Musk réussira-t-il à banaliser les lancements de fusées ? Faire s’élever dans le ciel un lanceur spatial n’est jamais un exercice anodin mais Space X l’a effectué à 22 reprises depuis le début de l’année. La société prévoit encore cinq lancements avant la fin de 2020. Cette mission a permis de lancer une nouvelle grappe de 60 nouveaux satellites Starlink, ce qui porte le total de la constellation Internet à 955 satellites lancés en deux ans. Mais surtout, Space X franchit une marche de plus vers son objectif de dix réutilisations d’un même lanceur. Ce booster B1049 compte ainsi désormais sept missions parfaitement remplies au compteur. Le décollage a eu lieu à 3h13 du matin, heure de Paris (21h13 en Floride), et le déploiement de la charge utile est intervenue 15 minutes après le décollage. Les satellites ont été insérés sur orbite elliptique oscillant entre 213 et 366 km d'altitude. L'orbite finale visée est de 550 km inclinée à 53°. La récupération de l'étage B1049, (la 61ème au total), a eu lieu à T+ 8mn et 45 s après le tir sur la barge Of Course I Still Love You. Pas d'infos en revanche concernant la récupération des 2 demi-coiffes bien que les 2 navires de récupération, Mister Chief et Go Searcher, aient été déployés. La carrière de « B1049 » commence à être bien remplie puisqu’il a débuté sa vie opérationnelle le 10 septembre 2018 en lançant les satellites de télécommunications canadien Telstar 18V et chinois Apstar 5C.  Après 4 mois de remise en œuvre, le booster est une nouvelle fois déployé pour lancer 10 satellites Iridium Next (Next-8). Les 5lancements suivants de B1049 ont servi à déployer 300 satellites Starlink. A l’issue de la mission Starlink-15, la récupération réussie de cette nuit ouvre en toute logique la voie à une huitième réutilisation du booster. 

Récupération réussie pour cette 7ème mission avec le Booster B1049 de Falcon 9 (Image : capture d'écran direct Space X).

537 satellites lancés à 2 !

Un autre booster totalise six missions, B1051, réalisées entre le 2 mars 2019 et le 18 octobre 2020, dont les 4 dernières ont été consacrées au déploiement de la constellation Starlink. Sur l’ensemble des boosters Block 5 de Falcon 9 disponibles chez Space X, l’exemplaire B1048 a réalisé 5 lancements tandis que 3 autres (B1046, B1056 et B1059) en ont effectué 4. Pour ce dernier, la prochaine utilisation doit avoir lieu en décembre pour lancer la mission NROL-108 (DoD) fin décembre. De leur côté, B1049 et B1051 ont mis en place plus de la moitié des satellites Starlink qui sont à présent en orbite, soit 537 au total. Pour ces 2 boosters, les délais de remise en œuvre entre deux vols sont variables. Le plus long est de sept mois et dix-sept jours entre le 12 juin 2019 et le 29 janvier 2020 et le plus court deux mois et onze jours entre le 7 août et le 18 octobre 2020 pour B1051. Même chose pour le B1049 qui présente deux délais de rénovation avec des durées similaires. Cependant, le délai de remise en œuvre le plus court atteint par Space X est de 1 mois et 20 jours entre les missions Demo-2 (30 mai 2020) et ANASIS-II (20 juillet), toutes deux réalisées avec le booster B1058. Le lancement et la récupération de cette nuit marque une nouvelle étape importante. D’une part, il ouvre la voie à une huitième réutilisation mais surtout, Space X n’est plus qu’à un jet de pierre de son objectif de dix lancements par booster. Ce vol, qui était aussi le centième de la fusée Falcon 9, était aussi le 43ème avec une fusée « usagée ». Dans le domaine des lanceurs réutilisables, la firme de Hawthorne apparait maintenant bien loin devant les autres opérateurs.

Antoine Meunier

 ©                                 La Chronique Spatiale (2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.