2 satellites MTG décolleront sur Ariane 6

Ariane 6 lancera 2 satellites destinés au système Météosat de troisième génération (image : Arianegroup).

L’accord a été signé à l’occasion de la Journée météorologique mondiale, entre Arianespace et Eumetsat, ce mardi. Il s’agit de deux satellites qui s’inscrivent dans le cadre du système Meteosat de Troisième Génération (MTG).

A terme, sept satellites doivent composer le système Météosat de Troisième Génération. Il y aura quatre satellites imageurs (MTG-I1 à MTG-I4) et trois satellites sondeurs (MTG-S1 à MTG-S3). Les MTG-I ont une masse au lancement de 3,6 t contre 3,8 t pour les MTG-S. La masse respective des instruments embarqués est de 600 kg pour les imageurs et de 800 kg pour les satellites sondeurs avec une durée de vie programmée de 8,5 ans. La série MTG-S embarquera aussi la charge utile Sentinel 4 (programme Copernicus) destinée à réaliser des images dans l’ultraviolet et dans le proche infrarouge. Dans son communiqué, Arianespace indique que le premier satellite imageur (MTG-I1) doit décoller fin 2022 sur Ariane 5, vraisemblablement au cours d’un lancement double. Toutefois, le second passager qui sera présent sous la coiffe n’est pour le moment pas encore connu. Rappelons que c’est l’un des ultimes lancements de cette fusée en service depuis maintenant près d’un quart de siècle. A aujourd’hui, sept charges utiles restent encore à placer sur orbite avec Ariane 5. Sur le calendrier de lancements, le deuxième satellite imageur, MTG-I2, est attendu à compter du second semestre 2025 sur Ariane 6. Le dernier (MTG-I4) est planifié d’ici 2033. Pour les trois satellites sondeurs, Arianespace prévoit le lancement de MTG-S1 à partir du premier semestre 2024. Dans tous les cas, ces satellites seront placés sur orbite géostationnaire (GEO).

Covid-19 oblige, Phil Evans (Eumetsat) et Stéphane Israël (Arianespace) ont officialisé l'accord en visioconférence (Photo : Arianespace).

Une précision améliorée

La mise à poste du système MTG est « une priorité absolue », souligne d’ailleurs Phil Evans le patron d’Eumetsat. « Une fois en position à 36 000 km au-dessus de la Terre, la flotte de satellites MTG devrait grandement accélérer la mise à disposition des données et améliorer la précision des prévisions météorologiques », indique le dirigeant. De son côté, Stéphane Israël, le président d’Arianespace rappelle l’importance de ce partenariat initié depuis maintenant 40 ans et qui a permis de placer 13 satellites en orbite pour le compte d’Eumetsat. Pour la suite, le carnet de commandes d’Arianespace comprend également deux autres satellites à lancer pour Eumetsat sur orbite polaire. Il s’agit de METOP-SG A1 et METOP-SG-A2 qui seront lancés à partir de 2023 sur orbite polaire, soit par Soyouz Fregat où alors Ariane 62. Arianespace nous informe que la décision concernant le choix du lanceur devrait être prise « au cours du second semestre de cette année ». Une option sur un autre lancement pour Eumetsat est également posée sans plus de précision toutefois. Rappelons que compte tenu de la crise du covid-19, le vol inaugural d’Ariane 6 n’est maintenant pas attendu avant la fin du premier semestre 2022, idem pour le lanceur Vega C. Sur ce chapitre, Arianespace a confirmé le 19 mars la mise en production d’un lot de dix nouveaux exemplaires de Vega C qui voleront à compter de 2023. Il est prévu qu'ils servent pour "des missions stratégiques des institutions européennes".

Antoine Meunier

.  

©                                 La Chronique Spatiale (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.