2ème lancement Oneweb de l’année pour Arianespace

56ème tir Soyouz opéré par Arianespace et Starsem (Photo : Arianespace).

La société a réalisé dans la nuit de dimanche à lundi, depuis le cosmodrome de Vostochny, le 56èmetir d’un lanceur Soyouz au travers de sa filiale Starsem. Une mission qui permet de placer sur orbite 36 nouveaux satellites de la constellation Internet aujourd’hui codétenue par le gouvernement britannique.

Après l’effervescence médiatique autour du lancement de la seconde mission de Thomas Pesquet, ce nouveau tir du lanceur Soyouz 2.1 b paraitrait presque routinier. Toutes versions confondues, la vénérable fusée de Sergueï Korolev affiche désormais plus de 1925 tirs au compteur. Il s’agit du sixième lancement opéré par Arianespace pour le compte de la constellation Internet Oneweb. Le premier a été réalisé en 2019 depuis Kourou, les 2 suivants depuis Baïkonour. Le tir opéré ce matin est le second effectué depuis Vostochny, après celui réalisé le 25 mars, pour le compte de la firme Oneweb qui est aujourd’hui conjointement détenue par le gouvernement britannique et l’indien Bharti. Il permet de porter à présent à 182 le nombre de satellites déployés autour de la Terre. Il était 7h14 du matin (0h14, heure de Paris), lorsque le lanceur a décollé depuis le cosmodrome de Vostochny en Russie orientale. L’objectif de ce vol devait permettre de lancer 36 nouveaux satellites (d’une masse unitaire de 150 kg chacun) sur une orbite LEO à 1200 km d’altitude et inclinée à 87,4° et fonctionnant à l’aide d’une propulsion électrique alimentée au xénon. Selon notre estimation, la performance demandée au lanceur est de 5,4 t. La durée de la phase propulsée était d’environ neuf minutes avec une durée totale de mission envisagée de 4h52 mn.

Conçu en Floride, chaque satellite Oneweb a une masse unitaire de 150 kg (Image : Oneweb).

13 lancements restant

Selon la chronologie, le déploiement de la charge utile devait débuter à T+1h et 18 mn, les 36 satellites ont été éjectés de l’adaptateur par groupe de 4 à une cadence d’environ un toutes les 20 minutes. Le dernier quatuor devait être inséré sur son orbite au bout de 3h51 mn et 40 secondes. A T+4h 50 mn et 5s, Il était ensuite prévu de rallumer le dernier étage Fregat une dernière fois pendant 30 secondes afin de procéder à sa désorbitation.  Afin de terminer le déploiement de la constellation Oneweb, qui doit compter 650 satellites pour délivrer des services de connectivité à haut débit Internet pour notamment les services d’urgence les avions et les bateaux, d’ici la fin de l’année prochaine, Arianespace doit encore procéder à 13 tirs. Les sites de lancements restent cependant encore à déterminer à l'exception des deux prochains en mai et juin toujours prévus depuis Vostochny. Après la mission ST31, c’est la mission VV 18 que doit opérer Arianespace mercredi. Elle doit marquer le retour en vol de Vega, immobilisé depuis le 17 novembre dernier à la suite de l’échec du vol VV17 qui avait entrainé la perte des satellites Taranis et SEOSAT-Ingenio. Ce dix-huitième vol de Vega, planifié après-demain, doit permettre de lancer en charge utile principale le satellite Pléiades Neo 3 pour le compte du CNES et de la DGA. Compte tenu des mesures sanitaires, ce sera le premier tir de l'année à Kourou.

Antoine Meunier

©                                 La Chronique Spatiale (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *