Zhurong envoie des cartes postales

1er selfie pour Zhurong et son atterrissent (Photo : CNSA).

Posé sur Mars depuis le 14 mai, le rover martien chinois a transmis de nouveaux clichés depuis la surface de la planète rouge dont un selfie particulièrement impressionnant où l’on peut également distinguer l’atterrisseur.

Que cela soit sur la Lune avec les missions Chang’E, et à présent depuis le sol martien, la Chine a compris l’important pouvoir de l’image. L’intrépide rover s’était fait étrangement silencieux car il n’avait pas transmis d’images depuis maintenant plusieurs semaines. Et voici que l’agence spatiale chinoise (CNSA) diffuse ce vendredi de nouveaux clichés qui ont depuis été largement repris un peu partout sur la toile. Le plus spectaculaire de ces nouveaux instantanés est très probablement celui illustrant la une de cet article. Un selfie de Zhurong qui, avec le mat sur lequel sont installées les instruments MSCam et NaTeCam, ressemble à s’y méprendre au robot du film Wall-E. Sur la droite, on aperçoit l’atterrisseur avec un drapeau chinois parfaitement déployé. Au sol, il semble que l’on devine également les traces de roues laissées par le rover. Une photo qui a été obtenue par une caméra déposée au sol par Zhurong qui s’est ensuite éloigné afin d’être dans l’objectif de la caméra. Ce n’est pas la première fois que la mission chinoise martienne transmet un selfie. En octobre dernier, lors du transit entre la Terre et Mars, Tianwen-1 avait déjà pris un autoportrait en éjectant une caméra qui avait permis de saisir le vaisseau dans sa globalité. Parmi les autres photos révélées ce vendredi figure aussi une vue de l’environnement immédiat du site d’atterrissage.

1er panorama à 360° réalisé par Zhurong (Photo : CNSA).

L'un des autres clichés montre un panorama à 360 degrés d’Utopia Planitia pris depuis l’instrument MSCam installé au sommet du mât. Un paysage qui apparait comme presque parfaitement plat. Un gros plan du panorama permet également d’apercevoir au sud le bouclier thermique et le parachute qui avait servi a freiné l’atterrisseur pendant sa descente vers le sol martien. L’atterrissage final avait été accompli par le moteur situé sous l’atterrisseur. Une autre photo transmise montre d’ailleurs le véhicule sous lequel on aperçoit le trou laissé par son moteur au moment de l’atterrissage. Il est même possible de distinguer, sur le côté, un dessin représentant les deux mascottes des Jeux olympiques d’hiver 2022 qui doivent se tenir à Pékin.

Sur cet agrandissement du 1er panorama réalisé par Zhurong, on aperçoit au loin (environ 350 m), le bouclier thermique de l'atterrisseur ainsi que son parachute étalé sur le sol. Sur ce relief presque exclusivement plat d'Utopia Planitia, on devine à l'arrière-plan quelques collines (Photo : CNSA).
Sous le Lander, on devine le trou laissé par l'échappement du moteur tandis qu'à côté du drapeau chinois figure un panneau où sont apposées les deux mascottes des Jeux olympiques d'hiver de Pékin qui doivent se tenir l'année prochaine (Photo : CNSA).

Antoine Meunier

©                                 La Chronique Spatiale (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.