Une première EVA sur le module Tianhe

Liu Boming a été le premier à sortir de la station Tianhe (Photo : capture d’écran CCTV).

Neuf jours après leurs collègues de la Station spatiale internationale (ISS), les taïkonautes de la station Tianhe ont, à leur tour, réalisé une sortie extravéhiculaire pour y effectuer des travaux. C’est la seconde EVA chinoise dans l’espace en treize ans.

Lors de la mission Shenzhou 7 le 27 septembre 2008, la toute première escapade dans le vide spatial réalisée par des taïkonautes n’avait duré que 22 minutes. Celle réalisée ce dimanche se sera étalée sur près de 7h (6h46 mn précisément) avec Liu Boming et Tang Hongbo. Liu Boming avait déjà pris part à la sortie lors de Shenzhou 7 il y a 13 ans. Toutefois, si son camarade Zhai Zhigang s’était complètement extrait du vaisseau, Liu Boming n’avait fait, à l’époque, que sortir le buste dans le vide durant quelques minutes. Cette deuxième EVA avait commencé tôt dans la matinée de dimanche. Sous la supervision de Nie Haisheng resté à bord du module Tianhe, les 2 taïkonautes ont ouvert la porte du sas donnant sur le vide spatial à 8h11 du matin (heure de Pékin). Ils se sont ensuite extraits du module Tianhe pour y effectuer plusieurs travaux. Liu Boming a été le premier à sortir du module, « c’est fantastique », s’est-il exclamé une fois à l’extérieur. Il a été suivi quelques instants plus tard par Tang Hongbo. La station se trouvait alors à 390 km d’altitude. Parmi les différentes tâches qui attendaient les 2 hommes, ils ont dû repositionner un peu plus haut l’une des caméras panoramiques externes afin de bénéficier d’un angle de vue plus large. Les astronautes ont également testé le bras robotique de 10,2 m de long installé sur Tianhe, ainsi que des procédures de retour d’urgence.

Nie Haisheng aide ses compagnons à se préparer pour leur sortie (Photo : vidéo CCTV).

Une seconde EVA programmée

Durant cette sortie, Liu Boming et Tang Hongbo ont utilisé un scaphandre Feitian de seconde génération. Pesant une centaine de kilogrammes, cette nouvelle combinaison peut s’adapter à la taille de chaque taïkonaute. Selon Zhang Wanxin, directrice du département des combinaisons spatiales de l’agence spatiale, qui s'exprimait au micro de la télévision chinoise, « Les membres supérieurs sont cousus comme des articulations humaines ». Une combinaison qui, toujours selon Zhang Wanxin, peut s’enfiler et se retirer en 5 minutes seulement. Lors des tests au sol, la durée est même descendue à 3 minutes. A l’issue de cette sortie qui s’est achevée à 14h57 (heure de Pékin), les taïkonautes ont ensuite regagné l’intérieur de Tianhe. Une seconde sortie serait programmée dans les prochains jours de cette mission Shenzhou 12 qui doit durer trois mois. Le prochain vaisseau à rejoindre la station spatiale chinoise (CSS) est le véhicule ravitailleur Tianzhou 3 dont l’arrivée est prévue en septembre afin d’apporter le nécessaire pour l’équipage de Shenzhou 13 qui doit prendre ses quartiers sur la station vers le mois d’octobre. Une mission qui aura une durée de 6 mois. L’agrandissement du complexe orbital chinois est, quant à lui, programmé pour l’année prochaine avec l’amarrage successif des modules scientifiques Wentian (printemps 2022) et Mengtian (été 2022). Ils seront accrochés à Tianhe grâce au bras robot qui a été testé hier avec succès par les taïkonautes.

Antoine Meunier

©                                 La Chronique Spatiale (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *