Première mission habitée réussie pour Blue Origin

Pari réussi pour Jeff Bezos avec le premier vol habité de la capsule New Shepard (Photo : direct Blue Origin).

Neuf jours après Richard Branson, Jeff Bezos a accompli à son tour un vol suborbital un peu au-dessus de la Ligne de Karman depuis la base Blue Origin de West Texas. Pour ce premier vol habité de la capsule New Shepard, il était accompagné par son frère Mark ainsi que de Madame Wally Funk, ancienne enquêtrice du NTSB, et du jeune Oliver Daemen qui devient le premier passager payant de Blue Origin.

La firme Blue Origin aura donc dignement fêté le 52ème anniversaire de la mission Apollo 11 avec ce premier vol habité parfaitement exécuté de son dispositif New Shepard. Pour réaliser cette tentative, il fallait cependant, à Blue Origin, l’autorisation de l’administration fédérale de l’aviation civile américaine (FAA) de pouvoir embarquer des passagers. Celle-ci a délivré le précieux sésame le 12 juillet dernier (qui restait valable jusqu’à la fin août). Techniquement, ce vol, qui aura duré au total 10 minutes et 24 secondes, reprend exactement le même principe que celui utilisé lors du premier vol spatial habité américain : celui de l’astronaute Alan Shepard à bord de la capsule Mercury 3 (Freedom 7), le 5 mai 1961. Pour mémoire, à son apogée, le vaisseau de Shepard avait à l’époque atteint une altitude maximale de 187,5 km et parcouru une distance de 487,3 km. A bord du New Shepard, un vaisseau entièrement automatisé qui décolle et atterrit verticalement, les 4 membres d’équipage de cette mission NS16 sont montés très précisément à 351 210 ft (107 km) et ont atteint une vitesse maximum de 2231 mph (3590 km/h), propulsés par les 50 t du moteur BE-3 du lanceur. Mais il faut dire que la capsule de Blue Origin emmenait 4 personnes alors qu’en 1961, Alan Shepard était seul à bord de son étroit habitacle Mercury. Il ne disposait pas non plus des six énormes hublots du New Shepard dont la taille est de 108,46 cm par 72,6 cm.

3 mn d’impesanteur pour les membres d’équipage du vol NS16 (Photo : Vidéo Blue Origin).

La plus âgée et le plus jeune

Pour ce premier vol habité du vaisseau New Shepard, qui intervient 52 ans, jour pour jour, après l’historique mission Apollo 11 de Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins, le décollage a eu lieu vers 15h10 (heure de Paris) avec le lanceur NS4 dont c’était le troisième vol. Il aura culminé à 105,8 km avant d’entamer sa descente vers le sol. Il a ensuite été récupéré 7 mn et 21 s après le décollage. Pouvant transporter jusqu’à six personnes, la capsule New Shepard embarquait aujourd’hui 4 passagers : les frères Jeff et Mark Bezos et surtout Wally Funk et Oliver Daemen. Wally Funk, rappelons-le, faisait partie en 1961 des 13 volontaires féminines qui ont participé au projet Mercury 13. Ces femmes pilotes ont réalisé à l’époque les mêmes tests que les astronautes du programme Mercury mais sans avoir pour autant la chance d’aller dans l’espace. Ayant fait toute sa carrière dans l’aérien, notamment en tant qu’enquêtrice au sein du NTSB, Madame Funk concrétise donc un rêve vieux de 60 ans. Elle bat également un record qui tenait depuis 23 ans. Elle devient à 82 ans, la personne la plus âgée à être allée dans l’espace devant le célèbre John Glenn qui, en 1998, réalisa son second vol spatial (STS-95). Il avait alors 77 ans. Son « crewmate », le néerlandais Oliver Daemen, est en revanche le plus jeune astronaute de l’histoire puisqu’il fêtera son dix-huitième anniversaire le 20 août prochain. Un record qu’il est assuré de détenir pour longtemps. Initialement, ce devait être le gagnant de l’enchère lancée par Blue Origin mais celui-ci, dont l’identité n’est pas connue, a finalement décidé de voler à une autre date. Oliver Daemen est également le 4ème ressortissant néerlandais à voler dans l’espace après Lodewijk van den Berg (STS-51B), Wubbo Ockels (STS-61A) et André Kuipers (Soyouz TMA-4, Exp 30/31). Durant leur incursion au-delà de la ligne de Karman, l’équipage de ce vol NS16 aura connu trois minutes d’impesanteur, pour un temps total de vol d’un peu plus de 10 mn, avant de redescendre vers le sol où ils auront brièvement ressenti une décélération de 5 g selon les propos de Mark Bezos lors de la conférence de presse post-vol.

Incontestablement, Wally Funk restera la vedette de ce premier vol habité de la capsule New Shepard (Photo : Blue Origin).

Début de la phase commerciale

Cet événement marque donc le résultat d’un effort qui a débuté en 2000 avec la création de Blue Origin. Patiemment, la société aura mis au point son véhicule sans rencontrer de problèmes majeurs au cours du développement. Sur l’ensemble des 15 vols d’essais de New Shepard, seul le lanceur du premier vol, réalisé en 2015, n’avait pu être récupéré. Ce sera le seul problème rencontré durant la mise au point de New Shepard qui s’est déroulé sur six ans. A chaque fois, la capsule avait également été récupérée. Par ailleurs, si Jeff Bezos se sera fait damer le pion par Richard Branson, au moins sur le plan médiatique, il prend tout de même un avantage certain puisque la réussite du vol NS16 annonce l’exploitation de New Shepard pour des missions qui cette fois-ci seront habitées. Deux nouveaux envols avec des passagers sont ainsi programmés d’ici la fin de cette année. Le prochain pourrait avoir lieu d’ici le mois de septembre « mais beaucoup plus de vols avec équipages sont planifiés d’ici 2022 », annonce Blue Origin dans son communiqué. Il est même désormais possible de s’inscrire pour réserver son billet pour l’espace sur le site de la société. L’aventure des vols spatiaux habités privés semble désormais bien lancée.

Antoine Meunier

©                                 La Chronique Spatiale (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *