L’ESA se retire du programme lunaire russe

L'ESA suspend à présent sa collaboration sur les missions Luna. Maquette de Luna 25 au SIAE (photo : LCS-A.Meunier).

La guerre en Ukraine n’a malheureusement pas fini de plomber la coopération spatiale avec la Russie. A l’issue de son conseil du 13 avril, l’agence spatiale européenne a fait savoir qu’elle mettait fin aux activités communes sur les missions d’exploration robotique Luna 25, Luna 26 et 27.

Après Mars et l’annulation des opérations menées avec Roscosmos sur la mission Exomars initialement planifiée pour un décollage en septembre vers la planète rouge, les opérations menées sur les missions lunaires sont donc également stoppées. L’ESA a annoncé cette décision lors d’une conférence de presse en ligne. «…L’agression russe à l’égard de l’Ukraine et les sanctions qui en résultent constituent un changement  fondamental  de circonstances et mettent l’ESA dans l’impossibilité  de mener à bien la coopération prévue à des fins d’exploration lunaire ». Un partenariat de plus est donc rompu. Sur les missions Luna 25 à 27, dont les départs doivent s’échelonner entre le mois d’aout 2022 et aout 2025, l’autorité spatiale européenne devait disposer plusieurs charges utiles. Une opportunité de vol alternative pour tester la caméra de navigation de l'ESA connue sous le nom de PILOT-D (initialement prévue pour la sonde Luna-25) est cependant déjà achetée auprès d'un fournisseur de services commercial. Josef Aschbacher, le DG de l’ESA, a précisé qu’il a été demandé à Roscosmos de démonter l’instrument Pilot-D et de le stocker afin qu’il soit ultérieurement récupéré par l’ESA.

Pour vous permettre de poursuivre votre lecture nous vous proposons désormais de vous abonner à notre site internet !

 

[/ihc-hide-content]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.