4 NOUVEAUX EXEMPLAIRES POUR ARIANE 6

Ces nouvelles missions Galileo seront opérées par la version Ariane 62 (Crédit image : ArianeGroup

Ces nouvelles missions Galileo seront opérées par la version Ariane 62 (Crédit image : ArianeGroup

Alors que le vol inaugural reste prévu d’ici la fin de cette année, l’ESA et Arianespace viennent d’officialiser quatre nouvelles précommandes pour des lancements doubles du successeur d’Ariane 5.  De futures opportunités de tir qui sont destinées à l’élargissement de la constellation Galileo.

Comportant actuellement vingt-six satellites, placés sur orbite moyenne (MEO) à 23 222 km d’altitude, le GPS européen devrait donc recevoir de nouvelles unités pour renforcer son dispositif, mais aussi et surtout pour remplacer celles qui sont à présent inopérantes. Pour mémoire, les quatorze premiers satellites ont été lancés deux par deux à l’aide du lanceur Soyouz depuis le centre spatial guyanais (CSG), et les douze satellites suivants ont été lancés par trois Ariane 5 ES en novembre 2016, décembre 2017 et juillet 2018. Ce qui représente un total de dix lancements qui correspondent aux lots 1 et 2 de la constellation. Le troisième lot de satellites correspond aux deux premiers lancements Galileo qui sont déjà programmés avec Ariane 6. Des lancements qui sont également compatibles avec le lanceur Soyouz. Ces nouveaux lancements, précommandés par l’agence spatiale européenne (ESA) et la Commission européenne sont au nombre de quatre et portent sur huit nouveaux satellites destinés au système de géopositionnement. Réservés sur Ariane 62 (version à deux propulseurs d’appoint), ces commandes seront confirmées dès que la Commission européenne aura arrêté son budget pluri-annuel 2021-2027 dans lequel sont planifiés ces réservations. Le montant de la transaction n’a cependant pas été communiqué.

Les huit nouveaux satellites Galileo doivent être lancés à partir de 2022 (Crédit image : ESA-J.Huart).

Les huit nouveaux satellites Galileo doivent être lancés à partir de 2022 (Crédit image : ESA-J.Huart).

13 exemplaires réservés

En ce début 2020, Ariane 6 compte déjà neuf charges institutionnelles et commerciales dont notamment les deux missions scientifiques de l’ESA : le télescope spatial Euclid et la sonde JUICE. La première, réalisée conjointement par Airbus et Thales Alenia Space, doit notamment déterminer l’origine de l’expansion de l’univers. Son lancement est envisagé à partir de 2022. La seconde, doit, également partir à compter de 2022, pour rejoindre Jupiter qu’elle doit atteindre en janvier 2030. Ce sera la version « 64 » (quatre propulseurs d’appoint) qui sera utilisé compte tenu de la distance (800 millions de km). Parmi les autres missions confiées au nouveau lanceur, figure également le lancement de la plateforme CSO-3 du Ministère des Armées. Outre les commandes institutionnelles, on compte également quatre missions pour les opérateurs privés Viasat, Eutelsat et Oneweb. Le premier tir d’Ariane 6, toujours planifié d’ici la fin de cette année, doit permettre d’agrandir la constellation Oneweb avec 34 nouveaux satellites.

Avant même son tir inaugural, le lanceur Ariane 6 a maintenant été commandé à un total de treize exemplaires.

Antoine Meunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *