Shenzhou 12 : 1ère mission habitée chinoise depuis 2016

Tianhe, ici durant la mise sous coiffe du lanceur LM-5B, doit recevoir une première visite des taikonautes de la mission Shenzhou 12 en juin (Photo : DR).

Alors que la Chine a procédé le 29 avril au lancement du module central Tianhe de sa 3ème station spatiale, un nouvel équipage de taïkonautes doit s’envoler début juin pour une mission de 3 mois destinée à activer la nouvelle station.

Depuis le 29 avril, le nerf central d’une seconde station spatiale est en orbite basse autour de la Terre. Trois fois plus grand que ne l’était Tiangong-2, Tianhe est un cylindre de 18,1 m de long et 4,2 m de large et accusant une masse de 22,6 t à vide (24 t à pleine charge). Il s’agit à ce jour du plus gros élément jamais placé sur orbite par l’agence spatiale chinoise (CNSA). Lancé par une fusée Longue Marche 5B, il évolue entre 340 et 450 km d’altitude sur une orbite inclinée à 41°.  Il est notamment équipé de 3 chambres individuelles, de commodités et d’un système de support-vie destiné à produire de l’oxygène. Et les choses s’accélèrent puisque la Chine doit lancer d'ici le 20 mai prochain le vaisseau cargo Tianzhou 2 qui doit s’amarrer à Tianhe afin d’apporter les fournitures nécessaires, soit environ 6,5 t de fret, à l’exécution de la prochaine mission Shenzhou 12. Celle doit s'élancer vers l'orbite à partir du 12 juin. Concernant l’équipage des taïkonautes, le premier depuis novembre 2016, 3 noms circulent actuellement à commencer par celui de Nie Hisheng. Celui-ci totalise déjà 19 jours passés dans l’espace durant les missions Shenzhou 6 et 10. Il serait accompagné de 2 « rookies » : Deng Qinming qui, comme Nie Hisheng a été sélectionné en 1998 et de Ye Guangfu. L’information reste cependant à prendre au conditionnel car les noms définitifs des 3 heureux élus ne devraient être connus que quelques jours avant le lancement. Selon une déclaration de Hao Chun, directeur de l’agence des vols spatiaux habités (CMSA), la mission Shenzhou 12 doit s’étaler sur 3 mois. Elle servira notamment à vérifier le bon fonctionnement de Tianhe.

Une fois achevée en 2002, la nouvelle station chinoise aura une masse d'environ 66 t (Image : CMSEO).

Double durée

Selon le manifeste, il est ensuite envisagé de lancer le ravitailleur Tianzhou-3 en septembre qui sera destiné à approvisionner la mission Shenzhou-13 et dont le lancement pourrait intervenir à compter du mois d’octobre. Cette mission aura une durée portée à 6 mois par rapport à la précédente. Il est ensuite prévu que la station s’agrandisse dès l’année prochaine avec l’arrivée du premier module scientifique Wengtian à partir du premier semestre 2022 puis du laboratoire Mengtian lors du deuxième semestre. Ces 2 autres éléments critiques de la CSS doivent se connecter au nœud d’amarrage de type APAS pour donner une forme en T à ce laboratoire orbital. D’une masse de 66 t une fois finalisé, il est prévu de l’occuper à raison de 2 vols de Shenzhou par an. Selon le calendrier prévisionnel, Shenzhou 14 interviendrait ainsi en mai 2022 suivie en novembre par Shenzhou 15. Ces 2 missions, comme celles planifiées cette année, seront toutes les 2 précédés par un vol de ravitaillement, respectivement avec les cargos Tianzou-4 (mars) et Tianzou-5 (octobre). Le calendrier des vols, pour le déploiement de cette nouvelle station dont le volume habitable final doit atteindre 100 m3, est comme annoncé en mars, très agressif. L’Empire du Milieu projette ainsi 11 tirs sur une période de 16 mois rien que pour la mise en place de cette plateforme dont l’exploitation doit s’étendre sur au moins 10 ans. A plus longue échéance, la participation d'astronautes étrangers sur la CSS est également prévue.

Antoine Meunier

©                                 La Chronique Spatiale (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.