Départ reporté au 13 juin pour Capstone

Capstone doit vérifier la stabilité de l'orbite NRHO, retenue pour la station Gateway (image : NASA).

Si la mission Artemis 1 doit prochainement tester la capsule Orion à vide autour de la Lune. Le nanosatellite démonstrateur de la NASA doit, pour sa part, démontrer la validité de l’orbite NRHO retenue pour installer la future station Gateway. Son départ sur le lanceur Electron vient toutefois de glisser d’une semaine.

Si le programme habité Apollo a eu en son temps ses éclaireurs automatiques avec les sondes Ranger, Surveyor et Lunar Orbiter, il en sera de même pour le programme Artemis. CAPSTONE (Cislunar Autonomous Positioning System Technology Operations) fait partie des satellites destinés à « baliser le terrain » pour les futures missions du programme Artemis. Sa taille n’est que de 12 U, ce qui correspond plus ou moins aux dimensions d’un four à micro-ondes, et son poids n’est que de 25 kg. Il est construit, pour le compte de la NASA, par les sociétés Advanced Space de Boulder (Colorado) et Tyvak Nano-systèmes qui est basée à Irvine en Californie. Stella Inc fournit le système de propulsion. Pendant six mois, Capstone devra vérifier la stabilité de l’orbite quasi rectiligne de Halo (NRHO) retenue pour la station lunaire Gateway dont les différents éléments sont actuellement en construction. Il est également prévu qu’il teste un système de navigation afin de mesurer sa position par rapport à celle de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) à poste depuis 2009 mais sans avoir à dépendre d’une station au sol. Dans le futur, ce type de technologie doit permettre à un vaisseau de déterminer sa position sans avoir le soutien d’une station au sol. C’est Rocketlab qui est chargé d’assurer le lancement de Capstone avec son lanceur Electron. Initialement envisagé en février, puis au 6 juin, ce 27ème décollage du lanceur d’origine néo-zélandaise doit finalement avoir lieu à partir du 13 juin depuis le pas de tir LC-1 de Rocketlab en Nouvelle-Zélande.

Antoine Meunier

 

 

 

*Expérience de navigation et d'opérations de technologie de positionnement autonome cislunaire

 

 

 

 

©                                 La Chronique Spatiale (2022)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.